Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Faut-il interdire la vidéo bareback ? -

Faut-il interdire la vidéo bareback ?

Faut-il vendre ou pas des vidéos présentant des pratiques sexuelles non protégées ? C’est, en résumé, la teneur de la polémique lancée par Act Up contre les diffuseurs de films X, dont Menstore. Pour l’association, accompagner ces DVD d’une brochure de prévention n’est qu’une stratégie hypocrite. "Illico" (qui appartient au même groupe que Menstore) relaie ce débat important, en présentant notamment la réponse de Jacky Fougeray, dirigeant du Groupe Illico, aux arguments d’Act Up.

E-llico.com / Dossiers

Faut-il interdire la vidéo bareback ?

Mis en ligne le 29/08/2005

Tags

Par Jean-François Laforgerie

Diffusée par certains distributeurs et producteurs de vidéos X, la brochure de prévention "Les génies du porno" qui accompagne la vente de films bareback (présentant des rapports sexuels non protégés) est l’objet d’une polémique entre Act Up-Paris d’un côté, Menstore (la branche de vente par correspondance du Groupe Illico) et IEM de l’autre. L’association — pourtant co-signataire de la brochure au sein d’un Collectif regroupant professionnels du X, diffuseurs, les associations Aides et Sida Info Service (SIS) et le SNEG — somme les producteurs et les diffuseurs français de vidéos bareback de choisir entre "logique commerciale et bonne conscience". Elle affirme même qu’il y a "tartufferie" chez ces diffuseurs à utiliser cette brochure "pour se dédouaner de [leurs] responsabilités" en matière de diffusion de films bareback .

Selon Act Up, cette initiative de prévention avait pour préalable l’arrêt de la production et de la diffusion de films bareback, ce que les autres membres du Collectif contestent. "Dès le début, le projet a consisté à accompagner d’un document de prévention des vidéos X comportant une absence — en partie ou en totalité — des règles de prévention et pas davantage, explique ainsi Hervé Baudoin, de SIS. Si l’intervention d’Act Up incite à une plus grande réflexion, notamment sur les risques courus par les acteurs ou l’impact sur les spectateurs, ainsi qu’à un renforcement des règles de commercialisation, c’est une bonne chose".

"Il n’y a pas de stratégie chez Act Up, tranche Jean-François Chassagne, président du SNEG. Act Up a une vision extrêmement simpliste de la prévention. Je ne comprends pas qu’une association essaie de bloquer une initiative à laquelle elle a contribué, ni la logique de critiquer des partenaires qui se mobilisent sur la prévention. Je crois même que cela pourrait les dissuader de faire davantage en matière de prévention".

"Un accès plus facile qu’avant aux films X, une prévention qui stagne ou qui échoue créent un contexte où la diffusion de films bareback conduit à une normalisation de la sexualité sans protections, estime pour sa part Jérôme Martin, président d’Act Up-Paris. Cela cautionne et renforce l’idée que le préservatif est un ennemi de la liberté et qu’il est un handicap dans les relations sexuelles. Et puis, cela rompt aussi avec l’exemplarité de la communauté gay sur la question du VIH". Faut-il pour autant interdire le bareback ? "Nous ne sommes pas pour une prohibition ou une interdiction par la loi, cela ne résoudrait en rien le problème, poursuit-il. Notre stratégie vise à faire pression sur l’offre pour avoir un effet sur la demande. C’est, du reste, la même stratégie mise en œuvre avec les backrooms et qui a conduit à une prise en compte de la prévention dans les établissements de sexe".

Du côté des distributeurs, on se refuse à faire la leçon aux consommateurs de vidéos bareback, et ce d’autant qu’il n’est guère possible de juger de l’impact réel de ce type de films sur les pratiques des spectateurs. Pour autant, la ligne, notamment soutenue par Menstore, est celle de la responsabilité vis-à-vis des consommateurs par un encadrement strict des conditions de présentation et de vente de ce type de films. Pour Act Up, ce volontarisme ne suffit pas. "Nous devons faire pression pour qu’on ne tourne plus ce type de films, ni qu’on le diffuse. C’est une position morale. Chacun doit comprendre que ce type de commerce n’est pas possible".

"Faire croire que le bareback arrêterait d’être diffusé si Menstore et IEM refusaient de vendre ce type de films, c’est n’importe quoi, explique Jean-François Chassagne. Sur le net, chacun peut télécharger ce qu’il veut, y compris des scènes bareback. Je constate que personne, y compris Act Up, ne met en cause ce moyen de diffusion. Il est vrai que c’est autrement plus difficile, et notamment parce que la question dépasse largement le seul cadre français. Je pense pourtant qu’une des priorités pour limiter le développement des pratiques bareback serait la création d’une charte pour Internet".

Réagissez

Commentaires

Les commentaires ne sont pas ouverts pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

La-Roche-sur-Yon Douze étudiants catholiques accusés d'injures homophobes devant la justice

Don du sang La période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois

Israël Le ministre revient sur ses propos sur les thérapies de conversion des homosexuels

Droit international La Russie condamnée par la CEDH pour son refus d'enregistrer des associations LGBT

Grande-Bretagne Le portrait du mathématicien Alan Turing ornera les billets de 50 livres

Porto Rico Le gouverneur appelé à démissionner après la fuite de messages injurieux à l'égard de Ricky Martin

Sida Le nombre de morts a baissé d'un tiers depuis 2010 mais les infections sont en hausse

Israël Appels à limoger un ministre pro-thérapies de conversion pour homosexuels

Rouen Un policier gay confond un témoin avec un rendez-vous pris sur internet

Canada L’Église anglicane rejette une motion approuvant le mariage homosexuel

Allemagne Au nom de la tolérance, visite sur l'homosexualité au Zoo de Munich

Corée du Sud La criminalisation de l'homosexualité au sein de l'armée facteur de violences, abus et discrimination

Honduras Deux femmes transgenres connues assassinées

Etats-Unis Le Congrès vote la levée de l'interdiction des transgenres dans l'armée par Trump

Parlement Ouverture d’une mission d’information visant à interdire les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre

Football La LFP met en place une fiche de signalement des actes racistes et homophobes dans les stades

Tendance A coups de mascara, des blogueurs bousculent le conservatisme en Russie

Etats-Unis L'équipe américaine de football n'ira pas à la Maison Blanche, selon sa star Megan Rapinoe

Rap / Show biz La rappeuse Nicki Minaj annule son concert en Arabie saoudite sous la pression des organisations LGBT

Royaume-Uni / Egalité Les députés britanniques ouvrent la voie au mariage pour tous en Irlande du Nord

Paris Un homo agressé après la gay pride témoigne

Agressions sexuelles présumées Le Vatican lève l'immunité de son représentant en France

Etats-Unis / People Kevin Spacey en passe d’échapper à son procès pour agression sexuelle

Foot / Icône LGBT Megan Rapinoe, soulier d'or et caractère en acier trempé

Football Macron favorable à l'arrêt des rencontres en cas de chants homophobes

Pologne Les évêques dénoncent l'endoctrinement LGBT chez Ikea

Agression sexuelle L'accusateur de Kevin Spacey abandonne son action au civil

Business / Diversité L'agence de pub de Nivea cesse sa collaboration avec la marque après des remarques homophobes

Espagne A Madrid, une Marche des fiertés LGBT dédiée aux militants historiques

Homophobie L'Assemblée vote la création d'un observatoire de la haine en ligne

Eglise catholique / Lyon Accusé de pédophilie, le père Preynat révoqué de la prêtrise

Rennes Cinq ans de prison, dont deux ferme, contre un prêtre pour agression sexuelle

Bourges Une exposition photo avec des couples homosexuels vandalisée

Les précédentes Unes

précédent juillet 2019 suivant
lu ma me je ve sa di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

POLO ROB
45 €
Voir l'offre pour POLO ROB
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
COCKRING
44 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez RoB Paris
COMBI SEXY
65 €
Voir l'offre pour COMBI SEXY
chez RoB Paris
POIRE A LAVEMENTS
35.00 €
Voir l'offre pour POIRE A LAVEMENTS
chez Menstore
KIT COCKRING
24.50 €
Voir l'offre pour KIT COCKRING
chez Mentoyz
J-LUBE
22.95 €
Voir l'offre pour J-LUBE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
MASQUE OCCULTANT
9.00 €
Voir l'offre pour MASQUE OCCULTANT
chez Mentoyz
JOCKSTRAP
35 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
K-MATAB
12.90 €
Voir l'offre pour K-MATAB
chez Menstore
GEL LUBRIX
5.50 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIX
chez Mentoyz
ASPIRE TETONS
19 €
Voir l'offre pour ASPIRE TETONS
chez RoB Paris
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris