Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Faut-il interdire la vidéo bareback ? -

Faut-il interdire la vidéo bareback ?

Faut-il vendre ou pas des vidéos présentant des pratiques sexuelles non protégées ? C’est, en résumé, la teneur de la polémique lancée par Act Up contre les diffuseurs de films X, dont Menstore. Pour l’association, accompagner ces DVD d’une brochure de prévention n’est qu’une stratégie hypocrite. "Illico" (qui appartient au même groupe que Menstore) relaie ce débat important, en présentant notamment la réponse de Jacky Fougeray, dirigeant du Groupe Illico, aux arguments d’Act Up.

E-llico.com / Dossiers

Faut-il interdire la vidéo bareback ?

Mis en ligne le 29/08/2005

Tags

Par Jean-François Laforgerie

Diffusée par certains distributeurs et producteurs de vidéos X, la brochure de prévention "Les génies du porno" qui accompagne la vente de films bareback (présentant des rapports sexuels non protégés) est l’objet d’une polémique entre Act Up-Paris d’un côté, Menstore (la branche de vente par correspondance du Groupe Illico) et IEM de l’autre. L’association — pourtant co-signataire de la brochure au sein d’un Collectif regroupant professionnels du X, diffuseurs, les associations Aides et Sida Info Service (SIS) et le SNEG — somme les producteurs et les diffuseurs français de vidéos bareback de choisir entre "logique commerciale et bonne conscience". Elle affirme même qu’il y a "tartufferie" chez ces diffuseurs à utiliser cette brochure "pour se dédouaner de [leurs] responsabilités" en matière de diffusion de films bareback .

Selon Act Up, cette initiative de prévention avait pour préalable l’arrêt de la production et de la diffusion de films bareback, ce que les autres membres du Collectif contestent. "Dès le début, le projet a consisté à accompagner d’un document de prévention des vidéos X comportant une absence — en partie ou en totalité — des règles de prévention et pas davantage, explique ainsi Hervé Baudoin, de SIS. Si l’intervention d’Act Up incite à une plus grande réflexion, notamment sur les risques courus par les acteurs ou l’impact sur les spectateurs, ainsi qu’à un renforcement des règles de commercialisation, c’est une bonne chose".

"Il n’y a pas de stratégie chez Act Up, tranche Jean-François Chassagne, président du SNEG. Act Up a une vision extrêmement simpliste de la prévention. Je ne comprends pas qu’une association essaie de bloquer une initiative à laquelle elle a contribué, ni la logique de critiquer des partenaires qui se mobilisent sur la prévention. Je crois même que cela pourrait les dissuader de faire davantage en matière de prévention".

"Un accès plus facile qu’avant aux films X, une prévention qui stagne ou qui échoue créent un contexte où la diffusion de films bareback conduit à une normalisation de la sexualité sans protections, estime pour sa part Jérôme Martin, président d’Act Up-Paris. Cela cautionne et renforce l’idée que le préservatif est un ennemi de la liberté et qu’il est un handicap dans les relations sexuelles. Et puis, cela rompt aussi avec l’exemplarité de la communauté gay sur la question du VIH". Faut-il pour autant interdire le bareback ? "Nous ne sommes pas pour une prohibition ou une interdiction par la loi, cela ne résoudrait en rien le problème, poursuit-il. Notre stratégie vise à faire pression sur l’offre pour avoir un effet sur la demande. C’est, du reste, la même stratégie mise en œuvre avec les backrooms et qui a conduit à une prise en compte de la prévention dans les établissements de sexe".

Du côté des distributeurs, on se refuse à faire la leçon aux consommateurs de vidéos bareback, et ce d’autant qu’il n’est guère possible de juger de l’impact réel de ce type de films sur les pratiques des spectateurs. Pour autant, la ligne, notamment soutenue par Menstore, est celle de la responsabilité vis-à-vis des consommateurs par un encadrement strict des conditions de présentation et de vente de ce type de films. Pour Act Up, ce volontarisme ne suffit pas. "Nous devons faire pression pour qu’on ne tourne plus ce type de films, ni qu’on le diffuse. C’est une position morale. Chacun doit comprendre que ce type de commerce n’est pas possible".

"Faire croire que le bareback arrêterait d’être diffusé si Menstore et IEM refusaient de vendre ce type de films, c’est n’importe quoi, explique Jean-François Chassagne. Sur le net, chacun peut télécharger ce qu’il veut, y compris des scènes bareback. Je constate que personne, y compris Act Up, ne met en cause ce moyen de diffusion. Il est vrai que c’est autrement plus difficile, et notamment parce que la question dépasse largement le seul cadre français. Je pense pourtant qu’une des priorités pour limiter le développement des pratiques bareback serait la création d’une charte pour Internet".

Réagissez

Commentaires

Les commentaires ne sont pas ouverts pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Etats-Unis La Cour suprême refuse d'examiner le recours d'un condamné à mort gay

Russie Une transgenre remporte une victoire surprise devant la justice

Villejuif Un jeune gay se tue en cherchant à échapper à son agresseur

Asie En Corée du Sud, les soldats gays menacés de triple peine

USA / Présidentielle Pete Buttigieg, star montante des démocrates, a lancé officiellement sa candidature

Vatican L'analyse de Benoît XVI sur la pédophilie dans l'église sous une pluie de critiques

Justice Deux mineurs qui dépouillaient des homosexuels rencontrés sur Grindr mis en examen

Réseaux sociaux Agnès Cerighelli poursuivie par Aides et SOS homophobie pour ses propos homophobes

Eglise catholique Pour Benoît XVI, les scandales de pédophilie s'expliquent par la révolution sexuelle des années 60

Viol présumé Pierre Palmade mis hors de cause après sa garde à vue

Rugby L’Australie renvoie son joueur star Israel Folau après de nouveaux propos homophobes

Lapidation des homosexuels Le chef de la diplomatie britannique annule un évènement au Dorchester

USA / Présidentielle Pete Buttigieg a évoqué les conditions de son coming out dans un discours

Visibilité Têtu lance un forum pour les LGBT en entreprise

Transphobie Un homme jugé le 22 mai pour l'agression de Julia

Parentalité Les enfants nés de GPA doivent avoir deux parents légaux, selon la CEDH

Outing Le fils du sultan de Brunei serait gay selon le blogueur Perez Hilton

Etude 4 homosexuels sur 10 n'indiquent pas leur orientation sexuelle à leur médecin

Agression de Julia Rassemblement à Paris, un suspect de nouveau interpellé

Etats-Unis Taylor Swift fait un don de 113.000 dollars à une organisation LGBT du Tennessee

Transgenres Julia, agressée à Paris, sort la transphobie de l'ombre

International L'Eglise sollicitée pour condamner la criminalisation de l'homosexualité

Pays-Bas L’Église catholique gênée par le coming out d’un prêtre

Homophobie d'Etat Effrayée par la charia, la communauté LGBT de Brunei pense au départ

Sidaction 2019 4,5 millions d'euros de promesses de dons, en hausse par rapport à 2018

Religion Les Mormons autorisent le baptême des enfants de couples homosexuels

Police / Justice Un jeune de 17 ans interpellé pour une agression homophobe dans les Yvelines

Sondage Les 3/4 des Français favorables à la PMA pour toutes

Etats-Unis Les candidats gays n'ont plus à se cacher pour gagner

Eurovision / Genre Bilal Hassani content d'être une voix de la jeunesse LGBT

Les précédentes Unes

précédent avril 2019 suivant
lu ma me je ve sa di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Publicité

Shopping

GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
JOCKSTRAP
26 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
COMBI SEXY
65 €
Voir l'offre pour COMBI SEXY
chez RoB Paris
POIRE A LAVEMENTS
35.00 €
Voir l'offre pour POIRE A LAVEMENTS
chez Menstore
KIT COCKRING
24.50 €
Voir l'offre pour KIT COCKRING
chez Mentoyz
J-LUBE
22.95 €
Voir l'offre pour J-LUBE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
MASQUE OCCULTANT
9.00 €
Voir l'offre pour MASQUE OCCULTANT
chez Mentoyz
JOCKSTRAP
35 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
K-MATAB
12.90 €
Voir l'offre pour K-MATAB
chez Menstore
GEL LUBRIX
5.50 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIX
chez Mentoyz
ASPIRE TETONS
19 €
Voir l'offre pour ASPIRE TETONS
chez RoB Paris
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris