Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
 assurances et travail posent toujours problème - VIH

VIH

Assurances et travail posent toujours problème

Le rapport d’activité de Sida Info Droit montre une fois encore que l’accès aux assurances, en premier lieu, et le non-respect du droit du travail sont au cœur des problèmes rencontrés par les personnes vivant avec le VIH/sida. Interview de Marc Morel, coordinateur juridique à Sida Info Droit.

E-llico.com / Actus

assurances et travail posent toujours problème
VIH

Mis en ligne le 19/09/2005

Tags

C’est dans le domaine des assurances que se pose le plus grand nombre de problèmes pour les personnes vivant avec le VIH/sida. Comment expliquez-vous qu'il n'y ait aucun progrès dans l'assurabilité et l'accès au crédit pour ces personnes ? Qui bloque ?

L'accès aux assurances est, depuis l'ouverture de Sida Info Droit (il y a
plus de douze ans maintenant) le premier domaine de sollicitations. Ce qui n'est pas surprenant quand on sait que l'exclusion de l'assurance et par ricochet du crédit, rend impossible de mener à bien un projet personnel (achat d'un bien immobilier, prêt à la consommation) ou professionnel. Le constat que nous faisons est globalement critique à l'égard des assureurs et des banquiers, même si certains professionnels ont fait des efforts. En effet, comment expliquer, près de dix ans après l'arrivée des trithérapies et la baisse de plus de 90 % du taux de mortalité qui s'en est suivi que les pratiques des professionnels n'aient quasiment pas évolué (refus d'assurance, surprimes dissuasives et arbitraires) ? Indiscutablement, certains n'ont pas la volonté d'avancer... Une réunion organisée en juin dernier en présence des assureurs, des pouvoirs publics, de l'INVS, de l'INSERM, de l'ANRS et des associations a souligné à quel point les assureurs sont encore "mal à l'aise" avec le VIH. Ils considèrent globalement qu'ils n'ont pas encore assez de recul ! Un rapport rédigé par William Dab, ex directeur général de la Santé à la demande des ministres des Finances et de la Santé sortira dans les prochaines semaines. Nous avons fait des propositions concrètes. Nous attendons donc des pouvoirs publics et des parlementaires qu'ils agissent en conséquence.

Le constat est identique en matière d'emploi où les discriminations restent toujours fortes. Estimez-vous que la HALDE est l'outil adapté à la situation ?

Nous avons beaucoup œuvré avec Aides en animant un collectif d'associations pour qu'un organisme indépendant (appelé autorité administrative indépendante) soit mis en place, comme c'est le cas dans de nombreux pays (Belgique, Royaume-Uni, Canada, etc). En effet, s'il est évidemment essentiel d'adapter les législations, il est aussi patent que sans un outil concret et efficace de lutte contre les discriminations, les situations n'évoluent guère et les cas particuliers sont non résolus. Malgré une législation protectrice, on ne décompte à ce jour que trois jugements ayant donné lieu à une condamnation pour discrimination en raison de la séropositivité dans le cadre d'un travail alors que les témoignages sur Sida Info Droit sont récurrents. Nous attendons donc beaucoup de la HALDE qui doit non seulement répondre aux demandes individuelles dont elle est saisie mais aussi faire des recommandations et plus globalement "réveiller" une société qui, dans les faits, pratique encore beaucoup la discrimination. Ainsi comment expliquer
encore qu'il y ait des sphères où la séropositivité au VIH constitue un
facteur de refus d'embauche et ce sans justification objective : cas du
personnel navigant commercial et technique par exemple.
La HALDE aura le pouvoir et l'autorité qu'elle se donnera. Nous y
Veillerons !

Ces derniers mois, la pénalisation de la transmission sexuelle du VIH a donné lieu à d'importants débats. Dans votre rapport, vous citez l'exemple d'une femme qui est l'objet d'un chantage de la part d'un ex-partenaire au motif qu'elle l'aurait contaminé. Ce cas est-il rare ou traduit-il, selon vous, une tendance forte qui pourrait conduire le législateur à se saisir de cette question ?

La récente affaire de Colmar, qui a vu un homme condamné à 6 ans de prison ferme pour administration de substances nuisibles entraînant une infirmité permanente et à verser 228 000 euros à chacune des deux victimes, a fait ressurgir toute la complexité de ce type de situation. Suite à la médiatisation qui a entouré cette affaire, médiatisation souvent faite de raccourcis et d'inexactitudes, nous avons reçu de nombreux appels tant des personnes qui souhaitaient intenter une action que de celles qui la redoutaient, faisant pour certaines d'entre elles l'objet de menace voire de chantage.
Le législateur a écarté dans les années 90, et notamment lors de la réforme du code pénal, l'idée d'instituer un délit spécifique de contamination par voie sexuelle ....
A l'exception des cas de malveillance avérée, extrêmement rares, où une personne a souhaité contaminer un(e) partenaire et où la pénalisation peut avoir sa place — et les moyens juridiques existent — la quasi-totalité des situations qui nous sont soumises font état de situation de peur, de déni, d'irresponsabilité, de désir, d'excitation mais pas de volonté de nuire. Et c'est là toute la difficulté. Peut-on condamner et incarcérer quelqu'un parce qu'il n'a pas dit qu'il était séropositif (ce que l'on peut regretter !) dans le cadre de relations sexuelles consenties où les deux partenaires ont fait le choix de ne pas se protéger ? Lutter contre les discriminations et comprendre la difficulté de dire (que l'on est séropo) est sûrement une voie plus efficace et plus éthique. Mais il est vrai que la répression est d'actualité et constitue dans bien des domaines de la société une réponse illusoire !

Propos recueillis par Jean-François Laforgerie

Mis en ligne le 16/09/05

Réagissez

Commentaires

Les commentaires ne sont pas ouverts pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

La-Roche-sur-Yon Douze étudiants catholiques accusés d'injures homophobes devant la justice

Don du sang La période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois

Israël Le ministre revient sur ses propos sur les thérapies de conversion des homosexuels

Droit international La Russie condamnée par la CEDH pour son refus d'enregistrer des associations LGBT

Grande-Bretagne Le portrait du mathématicien Alan Turing ornera les billets de 50 livres

Porto Rico Le gouverneur appelé à démissionner après la fuite de messages injurieux à l'égard de Ricky Martin

Sida Le nombre de morts a baissé d'un tiers depuis 2010 mais les infections sont en hausse

Israël Appels à limoger un ministre pro-thérapies de conversion pour homosexuels

Rouen Un policier gay confond un témoin avec un rendez-vous pris sur internet

Canada L’Église anglicane rejette une motion approuvant le mariage homosexuel

Allemagne Au nom de la tolérance, visite sur l'homosexualité au Zoo de Munich

Corée du Sud La criminalisation de l'homosexualité au sein de l'armée facteur de violences, abus et discrimination

Honduras Deux femmes transgenres connues assassinées

Etats-Unis Le Congrès vote la levée de l'interdiction des transgenres dans l'armée par Trump

Parlement Ouverture d’une mission d’information visant à interdire les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre

Football La LFP met en place une fiche de signalement des actes racistes et homophobes dans les stades

Tendance A coups de mascara, des blogueurs bousculent le conservatisme en Russie

Etats-Unis L'équipe américaine de football n'ira pas à la Maison Blanche, selon sa star Megan Rapinoe

Rap / Show biz La rappeuse Nicki Minaj annule son concert en Arabie saoudite sous la pression des organisations LGBT

Royaume-Uni / Egalité Les députés britanniques ouvrent la voie au mariage pour tous en Irlande du Nord

Paris Un homo agressé après la gay pride témoigne

Agressions sexuelles présumées Le Vatican lève l'immunité de son représentant en France

Etats-Unis / People Kevin Spacey en passe d’échapper à son procès pour agression sexuelle

Foot / Icône LGBT Megan Rapinoe, soulier d'or et caractère en acier trempé

Football Macron favorable à l'arrêt des rencontres en cas de chants homophobes

Pologne Les évêques dénoncent l'endoctrinement LGBT chez Ikea

Agression sexuelle L'accusateur de Kevin Spacey abandonne son action au civil

Business / Diversité L'agence de pub de Nivea cesse sa collaboration avec la marque après des remarques homophobes

Espagne A Madrid, une Marche des fiertés LGBT dédiée aux militants historiques

Homophobie L'Assemblée vote la création d'un observatoire de la haine en ligne

Eglise catholique / Lyon Accusé de pédophilie, le père Preynat révoqué de la prêtrise

Rennes Cinq ans de prison, dont deux ferme, contre un prêtre pour agression sexuelle

Bourges Une exposition photo avec des couples homosexuels vandalisée

Les précédentes Unes

précédent juillet 2019 suivant
lu ma me je ve sa di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

POLO ROB
45 €
Voir l'offre pour POLO ROB
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
COCKRING
44 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez RoB Paris
COMBI SEXY
65 €
Voir l'offre pour COMBI SEXY
chez RoB Paris
POIRE A LAVEMENTS
35.00 €
Voir l'offre pour POIRE A LAVEMENTS
chez Menstore
KIT COCKRING
24.50 €
Voir l'offre pour KIT COCKRING
chez Mentoyz
J-LUBE
22.95 €
Voir l'offre pour J-LUBE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
MASQUE OCCULTANT
9.00 €
Voir l'offre pour MASQUE OCCULTANT
chez Mentoyz
JOCKSTRAP
35 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
K-MATAB
12.90 €
Voir l'offre pour K-MATAB
chez Menstore
GEL LUBRIX
5.50 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIX
chez Mentoyz
ASPIRE TETONS
19 €
Voir l'offre pour ASPIRE TETONS
chez RoB Paris
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris