Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Des entrepreneurs transgenres changent la donne pour leur communauté - Bangladesh

Bangladesh

Des entrepreneurs transgenres changent la donne pour leur communauté

Simran Snigdha n'était qu'une mendiante au Bangladesh quand le hasard a placé sur sa route une transgenre, comme elle, qui lui a offert de quitter la rue pour un emploi dans son usine grâce auquel elle peut aussi mener la vie d'artiste de ses rêves.

E-llico.com / Actus

Des entrepreneurs transgenres changent la donne pour leur communauté
Bangladesh

Mis en ligne le 16/09/2021

Tags

Transgenres Bangladesh

Le Bangladesh, pays conservateur à majorité musulmane, compte 1,5 million d'individus transgenres, depuis longtemps victimes de discrimination et de violence. Rejetés par leurs familles et leurs communautés, privés d'éducation et méprisés par nombre d'employeurs, ils n'ont souvent guère d'options pour survivre que la mendicité, la prostitution ou la criminalité.

"J'ai dû escroquer des gens (...) et me prostituer", confie Simran Snigdha. Mais aujourd'hui, elle travaille dans une usine de vêtements détenue et dirigée par une femme transgenre, à Dacca, capitale du Bangladesh. Cet emploi lui permet de vivre son grand rêve, celui d'être peintre. "Je peux maintenant m'adonner à mon activité préférée", déclare la jeune femme de 32 ans, un pinceau à la main.

L'espace de liberté et de sécurité qu'elle a enfin trouvé reste rare pour de nombreux artistes transgenres qui ont besoin d'aide. "Je prie pour qu'ils ne retournent jamais à la mendicité, ne serait-ce qu'un seul jour".

Survivre à la rue 

Comme beaucoup, Simran Snigdha a fui, à 15 ans, le foyer familial, les agressions et humiliations vécues dans sa région rurale au centre du Bangladesh, pour rejoindre une communauté transgenre de Dacca. Elle a d'abord vécu sous la protection d'une "guruma", individu transgenre ayant des relations politiques et sociales, qui assure une certaine sécurité économique à ses protégés, mais susceptible de les contraindre à la prostitution, l'escroquerie et de les empêcher d'étudier.

La vie de Simran Snigdha a changé en 2019 en approchant une voiture, à l'arrêt au détour d'un carrefour, dans laquelle se trouvait Siddik Bhuyan Synthia qui l'a remarquée et offert de rejoindre son entreprise. Avant, l'intimidation des transgenres "était légion", raconte cette dernière, "mais la majorité de la société est maintenant bienveillante à notre égard". "Les ouvriers trans de mon usine sont des gens très ordinaires. Ils n'ont pas envie de se retrouver dans d'obscures officines", poursuit la femme de 38 ans, "ils préfèrent avoir une vie sociale comme tout un chacun".

Sous le gouvernement de la Première ministre Sheikh Hasina, une tolérance croissante a donné lieu à de nouvelles lois en faveur des minorités sexuelles, accompagnées d'allègements fiscaux pour les entreprises qui les emploient. En 2013, un 3e genre a été officiellement reconnu et depuis 2018, les transexuels sont autorisés à exercer leur droit de vote en tant que tel. Le gouvernement a aussi instauré des dispositifs de discrimination positive parmi toute une série d'aides.

Soif d'éducation

En conséquence, plusieurs entreprises détenues et gérées par des transgenres - dont de nombreux salons esthétiques et de petites usines - ont fleuri à Dacca ces dernières années. "C'était impensable, il y a encore quelques années", rappelle Shale Ahmed, à la tête de Bondhu, organisation de défense des minorités sexuelles. "Hors de son foyer, on se retrouve (à la rue) sans éducation.

Et le manque d'éducation signifie qu'on ne trouvera aucune entreprise prête à proposer un emploi bien rémunéré", explique Rafid Saumik de l'organisation TransEnd. Dans son atelier de confection dans la capitale, n'employant que des transgenres, Apon Akhter est de celles qui ont changé les choses.

"Quand j'ai commencé (...) les gens se sont moqués de moi en affirmant que les transgenres seraient incapables d'un travail effectif", raconte cette "guruma" de 32 ans. "Ils disaient que nous n'étions bons que pour la rue. Je me suis promise de leur prouver le contraire", dit-elle tout en reconnaissant que les salaires de ses 25 employés restent bas.

Mais ils peuvent tout de même étudier et surmonter cet autre obstacle auquel la communauté transgenre est confrontée: le manque d'éducation. Nombre de ses employés, après des années de souffrance, sont venues la voir avec la soif d'apprendre. Son usine leur donne une chance de poursuivre leurs études. "Je souhaite vivement qu'ils trouvent la lumière qu'ils quêtent dans la vie", assure-t-elle. "Nous n'avons que nous autres".

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Football Le Panama sanctionné pour des chants homophobes en tribunes

Etats-Unis Liberté d'expression ou discours haineux? Netflix dans la tourmente

Koweit Une femme transgenre condamnée pour imitation du sexe opposé

Afrique Le Botswana demande l'annulation de la dépénalisation de l'homosexualité

Pays-Bas L'héritier du trône, le roi ou la reine peuvent épouser une personne du même sexe, selon le Premier ministre

Namibie La justice accorde la citoyenneté à un enfant d'un couple gay

Justice La CEDH déboute des plaignants qui poursuivaient le Vatican pour des actes de pédocriminalité

Union européenne Clément Beaune exhorte la Hongrie à respecter les droits LGBT

Essonne Une enquête est ouverte après l'agression homophobe d'un mineur

Football américain Démission de l'entraîneur des Raiders, accusé de racisme, misogynie et homophobie

Handball Procédure disciplinaire demandée à l'encontre du président de Nantes après des propos homophobes

Etats-Unis Netflix défend l'humoriste Dave Chappelle après des blagues jugées transphobes

Turquie Les 18 étudiants ayant participé à une marche des fiertés relaxés

VIH Le dépistage gratuit sans ordonnance va être généralisé

Grande-Bretagne Une universitaire britannique accusée de transphobie dénonce une campagne de harcèlement

Harcèlement et piratage Twitch à la peine en cybersécurité

Corée-du-Sud Un tribunal sud-coréen soutient une soldate transgenre qui s'est suicidée

Contrôle de la police et propagande gay Moscou rejette les propositions du Conseil de l'Europe

Eglise catholique Le rapport Sauvé, accablant, révèle l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Eglise de France

Pédocriminalité dans l'Eglise Les différents profils des agresseurs

Caraïbes L'Eglise catholique réaffirme son opposition au mariage homosexuel à Cuba

Homophobie L'Assemblée vote l'interdiction des thérapies de conversion à l'unanimité

Ecole Le ministère de l'Education publie une circulaire pour mieux accueillir les élèves transgenres

France Un rapport dévoile l’ampleur du phénomène de la pédocriminalité dans l’Église

Turquie / France Peine de prison réduite à cinq ans pour Fabien Azoulay

Justice Non-lieu pour sept Femen et Caroline Fourest après des incidents pendant une manif anti-mariage gay

Pologne / Bélarus Fatigués et effrayés, des migrants gay se cachent aux confins de l'UE

Médias Cyril Hanouna se mêle de politique

Affaire Mila Cinq nouvelles personnes seront jugées pour harcèlement et menaces de mort

Les précédentes Unes

précédent octobre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris