Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Des jeunes homos rejetés par leurs familles, meurtris par le débat sur le mariage - Reportage

Reportage

Des jeunes homos rejetés par leurs familles, meurtris par le débat sur le mariage

Johanna, Gaël et Guillaume ont été mis à la porte par leurs parents parce qu'ils sont homosexuels. Pour ces jeunes de 18 à 25 ans, qui ont connu la rue avant d'être recueillis par l'association Le Refuge, la mobilisation contre le mariage homo est une nouvelle "épreuve".

E-llico.com / Actus

Des jeunes homos rejetés par leurs familles, meurtris par le débat sur le mariage
Reportage

Mis en ligne le 15/01/2013

Tags

Homophobie Le Refuge Jeunes

"Je suis écoeurée. Les propos que j'ai entendus dimanche sont criminels", s'emporte Johanna, majeure depuis quelques mois et à la rue depuis deux. "C'est choquant, des gens viennent de toute la France pour dire non à des vies, non à des choix d'amour", s'offense cette jeune femme qui se destinait au théâtre avant que sa vie ne bascule.

"Dimanche, quand j'ai vu tous les enfants dans la manifestation traînés par leurs parents, je n'arrêtais pas de penser à ceux parmi eux qui sont homos! J'ai repensé à ma mère très catholique et très homophobe et à tout ce que j'ai dû supporter dans mon enfance. Et j'avais mal pour tous ces jeunes!", ajoute-t-elle la voix tremblante, dans un canapé dans les locaux du Refuge.

Cette association, créée en 2003 à Montpellier et qui a aujourd'hui des antennes à Paris, Lyon et Marseille, héberge une cinquantaine de jeunes en rupture avec leur famille parce qu'ils sont homosexuels.

Seule association de ce type dans l'Hexagone, elle est saturée: 80 à 100 jeunes sont sur liste d'attente.

"Parmi les jeunes que nous accueillons, on retrouve principalement deux profils: ceux issus de famille très pratiquantes et des enfants adoptés qui sont rejetés car au final ils ne correspondent pas à l'image de l'enfant idéalisé", explique Nicolas Noguier, président de l'association.

"Soit tu acceptes d'être guéri, soit tu pars"

Grâce à un suivi psychologique, ces jeunes ont appris à mettre des mots sur leur histoire personnelle souvent très douloureuse mais la multiplication des propos homophobes depuis quelques mois semble avoir de nouveau bouleversé leurs repères.

"Nous avons voulu parler avec les manifestants dimanche mais souvent ils n'ont aucun argument", dénonce Guillaume. "Ils ne parlent que d'une chose: les valeurs de la famille. Mais chez moi, mon père tapait sur ma mère et ils m'ont viré du jour au lendemain quand je leur ai dit que j'étais gay. Et ça, c'est censé être la famille modèle pour eux?", explique ce jeune homme de 24 ans, qui a connu la rue et les foyers d'urgence pour sans-abri pendant des mois.

"Ces gens n'ont pas compris qu'on ne choisit pas d'être gay!", renchérit Gaël, parti de chez lui quelques jours après sa majorité. "C'est fou, j'ai l'impression de revivre les mêmes choses qu'avec ma famille!", se désole ce grand gaillard au large sourire.

Les yeux dans le vague, il raconte dans le détail, calmement, les mois d'angoisse qui ont précédé l'annonce à ses parents de son homosexualité puis les semaines de dispute après.

"J'étais très déprimé. Nous sommes évangéliques dans ma famille et très croyants et entendre tous les dimanches à l'église que l'homosexualité est contre nature, c'est terrible. Je pensais vraiment que quelque chose cloclait chez moi", ajoute-t-il.

"Quand j'ai finalement tout avoué, ils m'ont proposé de me guérir. Comme j'ai refusé, mon beau-père m'a finalement dit: +Soit tu acceptes d'être guéri, soit tu pars".

Très enflammée, Julianne appelle à ne pas céder aux manifestants: "Dans nos vies perso, nous devons tous tellement lutter tous les jours, maintenant c'est au tour du gouvernement de mener le combat. Il ne doit pas lâcher".

(Source AFP)

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Olivier

Méfiez vous des familles.... relisez le best seller intitulé "la famille toxique"...ne comptez pas trop sur la solidarité familiale qui vole en éclat facilement en certaines circonstances....

Et construisez votre propre famille, avec vos meilleurs potes, dans la durée. Ma famille c'est deux mecs, le mien, mon ex, et accessoirement le mec de mon ex. Choisissez aussi dans votre famille celui ou celle qui vous convient le mieux. Rarement le père ou la mère. Ce peut être un cousin, éventuellement un frère ou une s?ur. Ne prenez jamais votre famille en bloc et faites le tri, séparez le bon grain de l'ivraie. N'oubliez jamais que vos parents peuvent vous tuer symboliquement. Donc espacez les rencontres, graduez, selon votre humeur. C'es vous qui décidez, toujours. Votre vie est plus importante que la leur.

Quant aux plus jeunes, les mineurs, leur sort est à plaindre car ils ont peu de recours. Le Refuge joue un rôle essentiel et les pouvoirs publics doivent pouvoir interférer dans cette merdique "autorité parentale" à la Française, archaïsme issu du code Napoléon, et qui définit les enfants comme des "possessions " de leurs parents. Il n'y a pas de filiation qui compte. Seul compte le droit et votre sécurité physique et mentale.

L'infamie

La formulation "en rupture avec leur famille parce qu'ils sont homosexuels" n'est pas la bonne. le problème est l'homophobie et non l'homosexualité donc la phrase aurait dû être "en rupture avec leur famille homophobe".

Avoir un enfant homosexuel n'a pas été une partie de plaisir dans ma famille mais mettre son enfant à la porte aurait été encore plus infamant pour ma famille.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Présidentielle 2022 Christine Boutin et des personnalités de la Manif pour tous rallient Zemmour

Prostitution Yannick Jadot rectifie ses propos après un tollé

Droite Valérie Pécresse sera la candidate LR

Covid / VIH Nouvelle enquête contre Bolsonaro pour diffusion de fausse information

Grande-Bretagne Le comédien britannique Antony Sher est décédé

Amériques Le 1er hôtel LGBT de Cuba accueille les touristes, en attendant le mariage gay

Zemmour candidat Florilège de déclarations sur les femmes et les homosexuels

Genre Le parquet en faveur de la reconnaissance comme mère d'une femme transgenre

VIH Anne Hidalgo maintient l'objectif d'un Paris sans sida en 2030

Canada La chambre basse vote une loi interdisant les thérapies de conversion

Sida Mettre fin à la transmission du virus est à portée de main, assure Joe Biden

Racisme / Homophobie Twitch lance un nouvel outil contre le harcèlement

Chili Le vote au Sénat sur le mariage homosexuel reporté

Inclusion Une pub pour la poste norvégienne met en scène un père Noël gay

VIH Le nombre de dépistages et nouveaux diagnostics en baisse en France en 2020

Sida Les courbes des infections ne baissent pas assez rapidement, alerte Onusida

Botswana La justice confirme la décriminalisation de l'homosexualité

Etats-Unis Début du procès de l'acteur Jussie Smollett, accusé d'avoir inventé une agression homophobe

Justice / Droit Une femme transgenre veut changer la législation sur la filiation

Sida Biden définit une stratégie pour mettre fin à l'épidémie aux USA d'ici 2030

VIH / Sida L'épidémie de sida en dix dates clés

Honduras / Présidentielle La candidate de la gauche pro-mariage gay revendique la victoire

Sida Des années de recherche, toujours pas de vaccin

Mode Le designer américain Virgil Abloh, star de Vuitton et d'Off-White, emporté par un cancer

Eglise catholique L'archevêque ultra-conservateur de Paris démissionnaire après la révélation d'une relation intime avec une femme

Homophobie Suspension insuffisante du président Gaël Pelletier selon la Fédération de handball

Amiens Un jeune lycéen poursuivi pour les tags homophobes contre un bar gay

Turquie La police tire des gaz lacrymogènes contre des femmes manifestant

Allemagne L'accord de gouvernement prévoit un arsenal de mesures favorables aux LGBT

Santé sexuelle Le chemsex se diffuse, notamment hors de la population gay, selon une étude

Afrique Une église du Rwanda offre un refuge aux croyants LGBT

Corruption de mineurs Jean-Marc Morandini renvoyé devant le tribunal correctionnel

Etats-Unis Accusé de harcèlement sexuel, Kevin Spacey condamné à verser 31 millions de dollars à la production

Accusation d'homophobie La Cour de cassation annule la condamnation de l'EPCR pour diffamation envers Boudjellal

Supporters Entre dialogue et banissement, des politiques diverses dans les stades européens

Les précédentes Unes

précédent décembre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris