Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
La scène drag-queen renaît à Paris - Casser <I>les codes du genre</I>

Casser les codes du genre

La scène drag-queen renaît à Paris

Les talons comme outil politique: tombées dans l'oubli après les années 90, les drag-queens font leur grand retour à Paris à la faveur du débat sur les questions de genre, nouveau terrain de combat du mouvement LGBT.

E-llico.com / Actus

La scène drag-queen renaît à Paris
Casser les codes du genre

Mis en ligne le 29/06/2018

Tags

Drag Queen Paris Moth

Paris, fête de la musique. Un cercle compact entoure les quatre drag-queens invitées à se produire devant un bar de Bastille. "Moth", le visage blanc recouvert de bandes bleues et roses, s'avance vers la foule et mime les paroles de la poignante chanson qui l'accompagne. Etudiant de 21 ans, Alfie Laurence se glisse dans la peau de "Moth" (photo) - papillon de nuit en anglais - depuis deux ans.

Il appartient à cette nouvelle génération de drag-queens qui, trop à l'étroit dans des définitions classiques du genre masculin-féminin, tentent d'en "casser les codes" à travers des performances artistiques.

Les drag-queens parisiennes avaient connu leur heure de gloire au début des années 1990 quand elles enflammaient les clubs du Queen et du Palace en portant les revendications du mouvement gay. L'époque est alors celle des "travestis", où les hommes se transforment en femme pour imiter Dalida, Marilyn Monroe ou Brigitte Bardot.

Tombée en désuétude, la scène drag renaît aujourd'hui, prête à affronter le nouveau combat de la communauté LGBT autour du mouvement "queer" centré sur les questions de genre. "Ce pour quoi on continue de lutter, c'est la visibilité, l'acceptation", souligne Alejandro Rodrigo-Lagunas, kinésithérapeute et drag-queen depuis quatre ans.

"Le fait qu'on ait des droits légaux, ça veut pas dire qu'on est accepté et qu'il y a pas des gens qui se font tabasser dans le métro". "Se mettre en talons et sortir dans la rue", c'est pour lui "un geste très politique".

Cette renaissance, qui devrait s'exprimer samedi lors de la Marche des fiertés à Paris, surfe aussi sur le succès d'un concours de talents de queens aux Etats-Unis, l'émission "Ru Paul's Drag Race" retransmise en France depuis 2017 sur Netflix.

Le nombre de drag-queens parisiennes a, depuis, explosé. Entre 100 et 200 jeunes de moins de trente ans, pour la plupart LGBT, ont trouvé dans la "drag" une véritable vocation. "Toutes les semaines il y a des nouvelles drag-queens!" s'amuse Fabien Lesage, 34 ans, organisateur de ces soirées, rue de Lappe.

A l'image de Benjamin Hascoët, intermittent de 25 ans, qui, il y a trois mois, a trouvé son personnage de Vénus, "une créature de la nuit": "J'ai commencé à regarder Ru Paul (...) et je me suis rendu compte que j'étais peut-être fait pour ça". 

Brouiller les frontières

Caricaturer les traits féminins, plutôt que les imiter: ce rejet des frontières classiques du genre, jugées trop rigides, s'exprime artistiquement. Plutôt que se travestir totalement en femme, "Vénus" préfère jouer sur l'ambiguité avec un maquillage léger, "où on sait pas si je suis un garçon ou une fille".

D'autres optent pour une moustache à paillettes, ou même la barbe, portée fièrement par Conchita Wurst, la gagnante autrichienne de l'Eurovision en 2014.

"Il y a quelque chose qui est de l'ordre du brouillage du genre" décrypte le sociologue Arnaud Alessandrin, les drag-queens essayant d'en souligner sa "dimension essentiellement artificielle", revendication phare du mouvement queer.

A l'image de leur génération, "Vénus" et "Moth" apprennent à se maquiller grâce à des "tutos" sur Youtube et multiplient les publications sur Instagram, gage de visibilité.

Difficile pourtant de faire de son art une profession rentable. Les cachets des bars où elles dansent, chantent, jouent dépassent rarement 100 euros la soirée, le double ou triple en boîte de nuit. Car le maquillage, les accessoires, et les VTC pour éviter les fréquentes agressions ont un coût.

Face à cette précarité, Vincent Mahoudeaux, de l'association Maison Chérie, a lancé le "Queen", une monnaie alternative imprimée pour donner des pourboires aux performeuses.

Les drag-queens ont pourtant un public, "le plus gros" chiffre de la semaine pour le Street Art de Bastille, conséquence directe de l'émission et des réseaux sociaux. Mais ce public, qui "a rajeuni de 10 ans", "en un an" est modeste et ne parvient pas seul à entretenir la passion de ces reines de la nuit.

(Source AFP)

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

1titi

Traduire MOTH par "papillon de nuit" est une tromperie ,çà se traduit par MITE,ce qui est beaucoup moins alléchant et poétique !!

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

La-Roche-sur-Yon Douze étudiants catholiques accusés d'injures homophobes devant la justice

Don du sang La période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois

Israël Le ministre revient sur ses propos sur les thérapies de conversion des homosexuels

Droit international La Russie condamnée par la CEDH pour son refus d'enregistrer des associations LGBT

Grande-Bretagne Le portrait du mathématicien Alan Turing ornera les billets de 50 livres

Porto Rico Le gouverneur appelé à démissionner après la fuite de messages injurieux à l'égard de Ricky Martin

Sida Le nombre de morts a baissé d'un tiers depuis 2010 mais les infections sont en hausse

Israël Appels à limoger un ministre pro-thérapies de conversion pour homosexuels

Rouen Un policier gay confond un témoin avec un rendez-vous pris sur internet

Canada L’Église anglicane rejette une motion approuvant le mariage homosexuel

Allemagne Au nom de la tolérance, visite sur l'homosexualité au Zoo de Munich

Corée du Sud La criminalisation de l'homosexualité au sein de l'armée facteur de violences, abus et discrimination

Honduras Deux femmes transgenres connues assassinées

Etats-Unis Le Congrès vote la levée de l'interdiction des transgenres dans l'armée par Trump

Parlement Ouverture d’une mission d’information visant à interdire les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre

Football La LFP met en place une fiche de signalement des actes racistes et homophobes dans les stades

Tendance A coups de mascara, des blogueurs bousculent le conservatisme en Russie

Etats-Unis L'équipe américaine de football n'ira pas à la Maison Blanche, selon sa star Megan Rapinoe

Rap / Show biz La rappeuse Nicki Minaj annule son concert en Arabie saoudite sous la pression des organisations LGBT

Royaume-Uni / Egalité Les députés britanniques ouvrent la voie au mariage pour tous en Irlande du Nord

Paris Un homo agressé après la gay pride témoigne

Agressions sexuelles présumées Le Vatican lève l'immunité de son représentant en France

Etats-Unis / People Kevin Spacey en passe d’échapper à son procès pour agression sexuelle

Foot / Icône LGBT Megan Rapinoe, soulier d'or et caractère en acier trempé

Football Macron favorable à l'arrêt des rencontres en cas de chants homophobes

Pologne Les évêques dénoncent l'endoctrinement LGBT chez Ikea

Agression sexuelle L'accusateur de Kevin Spacey abandonne son action au civil

Business / Diversité L'agence de pub de Nivea cesse sa collaboration avec la marque après des remarques homophobes

Espagne A Madrid, une Marche des fiertés LGBT dédiée aux militants historiques

Homophobie L'Assemblée vote la création d'un observatoire de la haine en ligne

Eglise catholique / Lyon Accusé de pédophilie, le père Preynat révoqué de la prêtrise

Rennes Cinq ans de prison, dont deux ferme, contre un prêtre pour agression sexuelle

Bourges Une exposition photo avec des couples homosexuels vandalisée

Les précédentes Unes

précédent juillet 2019 suivant
lu ma me je ve sa di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

POLO ROB
45 €
Voir l'offre pour POLO ROB
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
COCKRING
44 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez RoB Paris
COMBI SEXY
65 €
Voir l'offre pour COMBI SEXY
chez RoB Paris
POIRE A LAVEMENTS
35.00 €
Voir l'offre pour POIRE A LAVEMENTS
chez Menstore
KIT COCKRING
24.50 €
Voir l'offre pour KIT COCKRING
chez Mentoyz
J-LUBE
22.95 €
Voir l'offre pour J-LUBE
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
MASQUE OCCULTANT
9.00 €
Voir l'offre pour MASQUE OCCULTANT
chez Mentoyz
JOCKSTRAP
35 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
K-MATAB
12.90 €
Voir l'offre pour K-MATAB
chez Menstore
GEL LUBRIX
5.50 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIX
chez Mentoyz
ASPIRE TETONS
19 €
Voir l'offre pour ASPIRE TETONS
chez RoB Paris
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris