Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Une femme transgenre veut changer la législation sur la filiation - Justice / Droit

Justice / Droit

Une femme transgenre veut changer la législation sur la filiation

La cour d'appel de Toulouse examine mercredi un cas sans précédent, susceptible de faire évoluer la législation sur la filiation des personnes transgenres, et lever un paradoxe: *Claire, pourtant parent biologique, ne figure pas sur l'acte de naissance de sa fille.

E-llico.com / Actus

Une femme transgenre veut changer la législation sur la filiation
Justice / Droit

Mis en ligne le 30/11/2021

Tags

Transgenres Filiation Droit

Depuis 2014, Claire, femme transgenre de 52 ans, se heurte à la justice et à un vide juridique. Après avoir été reconnue femme à l'état-civil en 2011 et avant d'être opérée, Claire a conçu un enfant avec son épouse, le troisième du couple, une fille née en 2014. Depuis, elle réclame son inscription en tant que "mère" sur les registres de l'état-civil.

A ce jour, seule l'épouse de Claire figure comme parent sur l'acte de naissance de leur fille qui a aujourd'hui sept ans. Clélia Richard, son avocate, se dit "prudente, mais optimiste", en déplorant toutefois que la procédure dure depuis si longtemps. "C'est beaucoup trop long (...) Si elle est femme à l'état-civil et si elle est parent biologique de l'enfant, c'est évident, elle doit figurer comme mère sur l'acte de naissance de l'enfant", a-t-elle déclaré à l'AFP. 

Carences légales 

Le parquet général de la cour d'appel de Toulouse tient un raisonnement semblable, et recommande dans ses conclusions écrites de "retranscrire le lien de filiation sur l'acte de naissance comme 'mère' de l'enfant". Mais il recommande aussi que le jugement de modification de l'état civil soit mentionné sur l'acte de naissance. Objection sur ce point de Me Richard, qui y voit un facteur potentiellement "discriminant".

"On ne lâchera pas sur l'histoire de la reconnaissance. Le lien biologique est là. Le législateur n'est pas en phase avec la réalité, et les magistrats viennent pallier les carences d'une loi incohérente", argue-t-elle. Si la cour tranchait en faveur de Claire, "ce serait cohérent et logique, ajoute l'avocate, ce serait une première en France, et par rapport aux pays européens, on retrouverait notre rang de pays des droits humains". Malgré les démarches légales menées par le couple avant la naissance de leur fille, Claire ne pouvait figurer que comme père sur l'acte de naissance, lui avait alors rétorqué l'officier d'état-civil, ce qu'elle a refusé.

"Belle histoire d'amour" 

Pour qu'elle soit reconnue comme mère, la justice a conseillé au couple, marié depuis 1999, de passer par une procédure d'adoption. "Inimaginable, elle ne pouvait pas adopter un enfant qu'elle avait conçu", insiste l'avocate. Depuis 2014, Claire va de juridiction en juridiction. En première instance en 2016, un tribunal à Montpellier avait rejeté la demande.

En 2018, la cour d'appel de Montpellier lui avait accordé le statut de "parent biologique", jugement inédit cassé par la cour de cassation, selon laquelle cette catégorie n'existe pas en droit français, qui n'a que deux options: "père" ou "mère". Fait rare, l'épouse de Claire, et mère de leurs deux premiers enfants, a accompagné sa transition.

"C'est une belle histoire d'amour, un couple très uni", dit Me Richard. L'Association des parents gays et lesbiens (AGPL) est partie intervenante dans la procédure. Son avocat plaidera mercredi et appuiera la demande de Claire, à qui "on refuse l'application de la loi, puisque la loi devrait lui reconnaître le statut de mère en tant que parent biologique et femme à l'état civil", selon l'AGPL.

Mercredi, l'audience devant les cinq juges de la chambre civile de la Cour d'appel de Toulouse ne sera pas publique. La date du délibéré sera fixée à la fin de l'audience, qui devrait durer toute la matinée. Claire et son avocate ont prévu de parler à la presse à la mi-journée, en compagnie d'un autre couple de femmes, qui vont se trouver dans le même cas de figure à la naissance de leur enfant dans les prochaines semaines. Ce deuxième couple mise sur une décision favorable de la cour d'appel de Toulouse afin de bénéficier de la jurisprudence.

*prénom modifié

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

JMG

La position du parquet général de Toulouse me paraît intéressante. A l'époque de la conception de l'enfant, "Claire" était sans doute un homme cis-genre. Il faut donc mentionner qu'elle est femme aujourd'hui, donc mère de l'enfant, mais aussi père à l'époque de la conception (et de la naissance vraisemblablement) de cet enfant, car homme à ce moment-là.

Il faut en effet penser à l'enfant, qui n'a rien demandé et qui a besoin de connaître ses origines, comme tout le monde.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Justice L'ex-président du Refuge mis en examen pour viol, harcèlement moral et atteinte sexuelle

Thérapies de conversion Ultime vote au Parlement pour créer un nouveau délit

Eglise catholique L'ex-pape Benoît XVI accusé d'avoir couvert 4 cas de pédocriminalité

Projet de loi Ultime vote du Sénat pour interdire les thérapies de conversion

Homophobie La justice confirme que Twitter doit détailler ses moyens de lutte contre la haine en ligne

Namibie La Cour suprême refuse de reconnaître les mariages gays conclus à l'étranger

Disparition L'acteur Gaspard Ulliel se tue dans un accident de ski à 37 ans

Mode Décès d'Andre Leon Talley, figure du magazine Vogue

Mexique / Foot Les actes homophobes punis de cinq ans d'interdiction de stade

Union européenne Roberta Metsola, anti-IVG mais pro-LGBT, prend la présidence du Parlement européen

Etats-Unis Le lapin de Mike Pence, devenu un symbole des droits LGBT, est mort

Transgenres Pas de poursuites contre les militants ayant manifesté devant le domicile de JK Rowling

Parlement Le projet de loi sur le sport veut renforcer la lutte contre l'homophobie

Justice Eric Zemmour jugé en diffamation en mai 2023 pour des propos sur le mouvement LGBT

Présidentielle Zemmour veut chasser les lobbies LGBT de l'école

Pologne Les députés adoptent un projet de loi interdisant l'information sur les questions LGBT à l'école

Gauche A Lyon, Christiane Taubira en route vers la présidentielle

Football Au moins 2 joueurs par club sont homosexuels, affirme Patrice Evra

Pologne Les femmes ayant collé des affiches de la Vierge Marie avec un arc-en-ciel acquittées en appel

Cannes Une mosquée visée par une fermeture pour propos antisémites et homophobes

Hongrie Orban joue sa réélection face à une opposition unie

Grèce Le tournage d'une scène de sexe gay sur l'Acropole provoque un tollé

Thérapies de conversion Enquête à Montpellier après la disparition d'un adolescent transgenre

Homoparentalité Au Danemark, une pétition pour légaliser la copaternité dès la naissance

Paris Trois hommes jugés pour le meurtre de Vanesa Campos, prostituée trans

Maroc / Agression sexuelle Le journaliste Soulaimane Raissouni clame son innocence devant la justice

Présidentielle 2022 SOS homophobie refuse la haine anti-LGBTI dans la campagne politique

Sénégal Un chef religieux encourage toutes les démarches légales contre l'homosexualité

Russie 300 Tchétchènes manifestent devant le Conseil de l'Europe contre des arrestations arbitraires

Royaume-Uni La CEDH déboute une requête sur un gâteau de soutien au mariage gay

Les précédentes Unes

précédent janvier 2022 suivant
lu ma me je ve sa di
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris