Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
A Mexico, être porteur du Covid ou du Sida, peut valoir la prison - Discrimination

Discrimination

A Mexico, être porteur du Covid ou du Sida, peut valoir la prison

En juin, alors que la ville de Mexico se parait de banderoles arc-en-ciel pour célébrer diversité et inclusion sexuelles, un homme considéré comme un "danger contagieux" était jeté en prison.

E-llico.com / Actus

A Mexico, être porteur du Covid ou du Sida, peut valoir la prison
Discrimination

Mis en ligne le 28/07/2021

Tags

Mexique Covid Sida

Tel a été pendant une semaine le sort de Juan N. ainsi identifié par le Parquet et dont le portrait a été diffusé en photo et en vidéo à travers la capitale du Mexique. Son crime: être séropositif et ne pas en avoir informé au préalable une ancienne compagne.

A Mexico, l'infraction est pénalement définie comme un "danger de contamination" pouvant entraîner une peine d'emprisonnement allant de trois jours à cinq ans de prison. Elle concerne toute personne qui, sachant qu'elle est atteinte d'une maladie grave, en contamine une ou plusieurs par le biais de "relations sexuelles" ou "d'autres moyens".

"N'importe qui ayant un problème de santé devient un criminel potentiel, qu'il soit porteur du virus du Sida ou d'autre chose", s'insurge Geraldina González de la Vega, présidente du Conseil pour la prévention et l'élimination de la discrimination (Copred) de Mexico.

La problématique déjà explosive s'est encore aggravée dans la panique suscitée par la pandémie de Covid-19. En 2020, le parquet de Mexico a ouvert 78 enquêtes pour "danger de contamination", et il y en a déjà 52 à ce stade de l'année 2021, selon des données officielles qui ne précisent toutefois pas la nature des maladies incriminées. Mais si l'on compare aux neuf plaintes similaires déposées en 2018 et aux douze autres de 2019, l'impact du coronavirus apparait clairement faire la différence.

Bien qu'il n'y ait pas d'informations concernant d'autres incarcérations au même mobile, le responsable du Copred considère que l'idée d'enquêter pénalement sur un patient atteint du Covid-19 est "profondément stigmatisante". Avec 2,7 millions de cas confirmés et plus de 238.000 décès, le Mexique est le quatrième pays le plus lourdement touché par la pandémie dans le monde.

Stigmatisation

Le "danger de contamination", présent au Mexique depuis des décennies dans les codes pénaux, au niveau fédéral et des Etats, répondait à de très anciennes considérations de morale, notamment catholique, tels que la punition des comportements "licencieux", comme le montrent des études universitaires. Le catholicisme est la religion dominante au Mexique, avec 71,5 pc de la population qui se dit appartenir à cette religion, selon une statistique officielle.

Dans les années 1990, la progression d'une autre pandémie, le Sida, a conduit à la réintroduction et au renforcement de la loi lors de l'élaboration à l'époque du premier code pénal du District Fédéral de Mexico. "Ce délit permet de sanctionner pénalement une personne qui va délibéremment en contamainer une autre. Et si elle a seulement l'intention de le faire mais n'y parvient, cela devient une tentative de délit", explique González de la Vega. Une approche qui va, selon ses détracteurs, à l'encontre des principes de la dignité humaine et de l'impératif de non-discrimination fondé sur l'état de santé des individus.

Dans le cas de Juan N., la décision du procureur de diffuser son portrait ainsi que ses données personnelles, était illégale, selon Jaime Morales, chargé de la diversité sexuelle à la mairie de Mexico. L'accusation soutient qu'il a été arrêté pour ne pas avoir répondu à une précédente convocation au tribunal. Le juge a finalement décidé qu'il pouvait le remettre en liberté pour la suite de son procès.

Abrogation

En plus d'être inconstitutionnelle, l'infraction constitue une anomalie sur le plan médical. "Une personne qui vit avec un Sida contrôlé ne transmet pas le virus à ses partenaires et a le droit à une vie privée", affirme Sergio Montalvo, médecin à la clinique publique de Condesa, spécialisée dans le VIH-sida. Si le cas de Juan N. marque une étape douloureuse pour lui, il ouvre également la voie à l'abrogation pénale de ce "délit".

Temístocles Villanueva, membre du parti Morena au Conseil municpal de Mexico, présentera en août une projet sur la question. "Il s'agit d'une intervention de l'État dans la vie privée des gens", estime Villanueva qui craint que "les gens dissimulent leur état de santé pour éviter le risque d'être accusés d'un crime, ce qui génère une plus grande transmission du virus", ajoute-t-il.

En 2020, 342 nouveaux cas de Sida ont été diagnostiqués à Mexico et 9.220 dans l'ensemble du pays, selon des chiffres officiels.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Assemblée nationale Les députés vont débattre de l'interdiction des thérapies de conversion

Toulouse Un élu victime d'une agression violente dans un lieu de rencontre gay

Thérapies de conversion Marlène Schiappa confie une mission à la Miviludes

Justice Gérard Louvin et son mari visés par une nouvelle enquête pour viols sur mineurs

Folsom Europe Soirée cuir et cordes dans une église de Berlin

Assises du Val d'Oise 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'un homosexuel

Hongrie / Vatican Entre Orban et le pape, divergence sur les personnes LGBT

Lituanie Un livre de contes de fées LGBT pour les enfants devant la CEDH

Espagne Le jeune gay se disant victime d'une agression homophobe à Madrid se rétracte

Assises du Val d'Oise 25 ans de réclusion requis contre le meurtrier d'un homosexuel

Assises du Val d'Oise Le meurtrier d'un homosexuel invoque une possession pour expliquer son acte

Assises du Val d'Oise La famille de la victime homosexuelle décrit un homme serviable et prévenant

Assises du Val d'Oise L'homosexualité refoulée peut-être à l'origine de l'assassinat d'un gay

Chine Le gouvernement interdit les hommes efféminés à la télévision

Espagne Indignation après une violente agression homophobe

Maroc Les relations homosexuelles ou hors mariage, sujets confidentiels du débat électoral

Allemagne Tessa Ganserer se bat pour son nom et la communauté transgenre

GPA La Manif pour Tous perturbe le Salon Désir d'enfant

Etats-Unis Le ministre des Transports et son mari présentent leurs jumeaux

Assises du Val d'Oise Premier jour du procès du meurtrier d'un homosexuel victime d'un guet-apens

Suisse Plusieurs milliers de personnes pour le mariage pour tous à Zurich

Guet-apens Un homme aux assises pour le meurtre d'un homosexuel en 2018

Russie Des cadets parachutistes simulent le meurtre d'un homosexuel lors d'une représentation théâtrale

Afghanistan Un homosexuel violé et battu après un guet-apens tendu par des talibans

Bangladesh Six islamistes condamnés à mort pour le meurtre de deux militants homosexuels

Réseaux sociaux Face à la haine en ligne, Twitter lance un mode sécurité

Sida Un essai vaccinal contre le VIH échoue, un autre en cours chez Moderna

Afghanistan Les talibans découpent le corps d’un gay pour montrer ce qu’ils font avec les homosexuels

Sida Une troisième dose de vaccin anti-Covid proposée à 500.000 Britanniques immuno-déprimés

Hommage Gisèle Halimi honorée aux Invalides

Les précédentes Unes

précédent septembre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris