Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
A Raqa, l'ancienne place d'exécutions est devenue le rendez-vous des amoureux - Syrie

Syrie

A Raqa, l'ancienne place d'exécutions est devenue le rendez-vous des amoureux

Nader al-Hussein attend avec impatience sa petite amie au rond-point du "Paradis" à Raqa, là même où les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) exécutaient en public leurs victimes du temps où ils faisaient régner la terreur dans cette ville de Syrie.

E-llico.com / Actus

A Raqa, l'ancienne place d'exécutions est devenue le rendez-vous des amoureux
Syrie

Mis en ligne le 11/11/2021

Tags

Syrie EI

"Avant, on évitait même de passer par là pour ne pas voir le sang et être terrorisés", raconte le jeune homme de 25 ans, assis sur un banc près d'un bassin dans le square décoré d'arches en pierre. "Maintenant, c'est le lieu idéal pour se retrouver en amoureux, en famille, ou avec des amis".

Après avoir connu de larges revers au début de la guerre déclenchée en 2011 par la répression de manifestation prodémocratie, le régime syrien a repris à partir de 2015 une grande partie du territoire. Les habitants de Raqa, située dans le nord de la Syrie, avaient rebaptisé le rond-point Al-Naïm ("le paradis", en arabe) en "rond-point de l'enfer" en raison des horribles exécutions qui y étaient menées par les jihadistes: les têtes décapitées ou les corps crucifiés y étaient exposés pendant des jours, pour servir d'exemple. "Je n'osais pas retrouver mon amie, on se contentait de se parler au téléphone, pour ne pas risquer d'être lapidés", confie Nader.

L'EI, qui avait fait de Raqa la "capitale" de son califat en Syrie, y imposait une stricte ségrégation des sexes. Sa terrible police des moeurs y pourchassait ainsi les couples non mariés, leur faisant subir les pires sévices. Les femmes ne pouvaient sortir qu'intégralement voilées et accompagnées par un tuteur. L'EI avait même interdit à la population de fumer ou d'écouter de la musique. Après que les jihadistes aient été chassés en octobre 2017 par les forces kurdes de la ville, le rond-point, témoin de leurs exactions, a été envahi par les herbes folles.

Aujourd'hui, les enfants jouent en riant dans le square, hommes et femmes devisent sur les bancs publics et se prennent en photo, et il fait bon y passer la soirée, lorsque des lumières multicolores illuminent les arches.

"Les têtes accrochées" 

"Le rond-point de l'enfer est devenu celui du paradis", se réjouit Manaf, 24 ans, installé sur l'herbe avec ses amis pour un pique-nique, pendant que des vendeurs ambulants proposent des ballons multicolores. "On évitait de passer par ici avec les enfants pour ne pas qu'ils voient les têtes accrochées (..) aujourd'hui, c'est le lieu où on les amène pour jouer", dit Mohammad Ali, 37 ans, surveillant avec sa femme leur trois enfants qui courent autour des bassins. Le rond-point se trouve dans le centre de la ville, partiellement détruite mais où les cafés et les commerces sont à nouveau ouverts.

La vie reprend, même si les habitants ont du mal à oublier les années de cauchemar. Ahmad al-Hamad, qui traverse le rond-point de l'Horloge en chaise roulante pour acheter des légumes dans un marché proche, ne peut réprimer un frisson quand il passe près de cette place également employée par les jihadistes pour les exécutions publiques. "Ce lieu me rappelle le drame que nous avons vécu (...) il nous rappelle la mort. On voyait ici les décapitations au sabre et les amputations de mains", se souvient Ahmad, qui affirme que certains de ses proches ont été exécutés par l'EI. 

"Prisonniers en cages" 

Les jihadistes avaient instauré une stricte interprétation de la loi islamique, appliquant le code de sanctions prévues par la charia, comme l'amputation de la main d'un voleur, ou la lapidation des femmes adultères. Les personnes homosexuelles était précipitées du haut des immeubles, et les prisonnières de la minorité yézidie, considérées comme hérétiques, vendues comme esclaves dans les marchés de la ville.

Au rond-point Dalla, tout proche, orné en son centre d'une énorme cafetière en pierre, des ouvriers attendent d'être employés à la journée. Parmi eux, Abdel Majid Abdallah, 35 ans, n'a pas non plus oublié que les jihadistes exposaient leurs prisonniers "dans des cages" sur cette place, pour terroriser la population. "Aujourd'hui, c'est un lieu où nous nous retrouvons pour gagner notre vie", dit-il, soulagé.

La guerre en Syrie a fait environ un demi-million de morts selon l'OSDH et provoqué le déplacement de la moitié de la population d'avant-guerre. Malgré sa défaite territoriale en mars 2019, le groupe Etat islamique continue de perpétrer des attaques meurtrières.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Amériques Le 1er hôtel LGBT de Cuba accueille les touristes, en attendant le mariage gay

Zemmour candidat Florilège de déclarations sur les femmes et les homosexuels

Genre Le parquet en faveur de la reconnaissance comme mère d'une femme transgenre

VIH Anne Hidalgo maintient l'objectif d'un Paris sans sida en 2030

Canada La chambre basse vote une loi interdisant les thérapies de conversion

Sida Mettre fin à la transmission du virus est à portée de main, assure Joe Biden

Racisme / Homophobie Twitch lance un nouvel outil contre le harcèlement

Chili Le vote au Sénat sur le mariage homosexuel reporté

Inclusion Une pub pour la poste norvégienne met en scène un père Noël gay

VIH Le nombre de dépistages et nouveaux diagnostics en baisse en France en 2020

Sida Les courbes des infections ne baissent pas assez rapidement, alerte Onusida

Botswana La justice confirme la décriminalisation de l'homosexualité

Etats-Unis Début du procès de l'acteur Jussie Smollett, accusé d'avoir inventé une agression homophobe

Justice / Droit Une femme transgenre veut changer la législation sur la filiation

Sida Biden définit une stratégie pour mettre fin à l'épidémie aux USA d'ici 2030

VIH / Sida L'épidémie de sida en dix dates clés

Honduras / Présidentielle La candidate de la gauche pro-mariage gay revendique la victoire

Sida Des années de recherche, toujours pas de vaccin

Mode Le designer américain Virgil Abloh, star de Vuitton et d'Off-White, emporté par un cancer

Eglise catholique L'archevêque ultra-conservateur de Paris démissionnaire après la révélation d'une relation intime avec une femme

Homophobie Suspension insuffisante du président Gaël Pelletier selon la Fédération de handball

Amiens Un jeune lycéen poursuivi pour les tags homophobes contre un bar gay

Turquie La police tire des gaz lacrymogènes contre des femmes manifestant

Allemagne L'accord de gouvernement prévoit un arsenal de mesures favorables aux LGBT

Santé sexuelle Le chemsex se diffuse, notamment hors de la population gay, selon une étude

Afrique Une église du Rwanda offre un refuge aux croyants LGBT

Corruption de mineurs Jean-Marc Morandini renvoyé devant le tribunal correctionnel

Etats-Unis Accusé de harcèlement sexuel, Kevin Spacey condamné à verser 31 millions de dollars à la production

Accusation d'homophobie La Cour de cassation annule la condamnation de l'EPCR pour diffamation envers Boudjellal

Supporters Entre dialogue et banissement, des politiques diverses dans les stades européens

Les précédentes Unes

précédent décembre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris