Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Des professeurs face à leurs élèves - Genre / Transidentité

Genre / Transidentité

Des professeurs face à leurs élèves

Depuis des années, de nombreux profs le disent : ils sont "en première ligne". En première ligne et parfois démunis, dans leur salle de classe, face à leurs élèves. L'AFP a interrogé des professeurs de collège, sur les notions d'homophobie, de genre et de transidentité.

E-llico.com / Actus

Des professeurs face à leurs élèves
Genre / Transidentité

Mis en ligne le 13/01/2021

Tags

Collège Homophobie Genre Transidentité

Quatre enseignants de collège public ont accepté de confier leur expérience de terrain. Professeurs en collège, ils livrent leur témoignage sur les notions de genre et de transidentité. 

Céline, 45 ans, professeure d’histoire-géographie d’un collège REP+ du Haut-Rhin 

Le collège est vraiment la période où ils prennent conscience de leur identité sexuelle.

Sur la transidentité, on est certainement très insuffisamment formé. Si j’étais confrontée à un élève se questionnant sur son identité sexuelle, je demanderais à mon chef d’établissement à qui en parler, quelles démarches mettre en place. On se tournerait peut-être vers des associations.

Concernant l’homosexualité, on est souvent obligé de poser des limites claires à propos de ce qu’on entend en classe. Les élèves comprennent le racisme, l’antisémitisme, mais ils ont beaucoup de mal à comprendre l’homophobie. Une fois, un élève m’a dit : "Je ne comprends pas qu’on soit raciste, mais je n’aime pas les homosexuels, et c’est comme ça". Il a bien compris que c’était une forme d’exclusion mais pour lui c’était acceptable.

Le contexte familial est le plus important. On ne pèse pas aussi lourd que les grands frères, les responsables religieux…

En tout cas sur ces sujets, transidentité, homophobie, il y a du mieux ces dernières années : tous les débats autour du Mariage pour tous (loi votée en 2013, ndlr) ont été positifs. Les élèves comprennent qu’on en parle en classe, alors qu’il y a 15 ans, c’était tabou. 

Camille, 39 ans, enseigne l’histoire-géographie dans un collège classé REP+ des Yvelines 

Je pense que l’Éducation nationale ne fait rien pour intégrer des élèves trans. En même temps, je n’ai jamais été confrontée à cette situation.

En revanche, les propos homophobes sont assez récurrents. Dans certaines classes, les élèves ont même l’air de penser qu’être homophobe est la norme. Ils avancent toujours les mêmes arguments : ce n’est pas naturel, c’est contre la religion…

En ce qui me concerne, le sujet est abordé lorsque j’évoque la loi sur le Mariage pour tous. J’ai très souvent des réactions théâtrales de rejet. Je peux mettre rapidement un terme à un débat non constructif en rappelant le sens de cette loi et le principe d’égalité.

Néanmoins, j’ai eu des élèves qui assumaient leur homosexualité.

Ce fut le cas d’un élève de troisième. On sentait que cela troublait ses camarades. Cet élève faisait fi des provocations. Il a fait partie des lauréats du concours d’éloquence. Il est arrivé habillé de manière très colorée sur scène et a commencé à lire son texte. C’était un texte lumineux, sincère, dans lequel il expliquait qu’avant sa vie était en noir et blanc, mais que désormais, il s’acceptait, et que sa vie était très colorée.

Il démontait l’argument religieux en expliquant que, si Dieu l’avait créé ainsi, c’est qu’il ne devait pas être totalement contre et que de toute manière, seul lui était en droit de le juger. C’était aussi fort qu’émouvant et l’ensemble de la salle s’est levée pour l’acclamer. »

Philippe, 54 ans, enseigne l’histoire-géographie dans un village du Puy-de-Dôme 

Le thème du genre est devenu "à la mode" au cours des dernières années dans notre pays, mais dans ma classe ce n’est pas le cas. Pourquoi ? C’est un sujet très personnel, donc l’enseignant que je suis ne veut pas s’en mêler.

Au cours de ma carrière désormais longue, j’ai eu quelques élèves dont on voyait qu’ils se cherchaient sur le plan de leur identité sexuelle.

De mon point de vue, les quelques élèves qui semblaient être homosexuels n’ont pas subi de rejet. Pourtant, dans une cour de récréation, les propos homophobes de type "pédé" sont utilisés, mais pas forcément parce que l’élève visé le serait. Je crains que cela ne fasse partie d’un certain langage courant. 

 

> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Etats-Unis Les promesses de Joe Biden à la communauté LGBT

Agressions sexuelles Le conseiller de Paris Maxime Cochard et son compagnon accusés de viol par un jeune homme

Etats-Unis Biden nomme une responsable transgenre ministre adjointe de la Santé, une première

Assemblée nationale Les députés renforcent l'arsenal contre la haine en ligne

Parlement européen Renew Europe expulse un élu lituanien pour homophobie

Transgenres Le parquet de Paris requiert les assises pour le meurtre de Vanesa Campos

Cour européenne des droits de l'homme La Roumanie condamnée pour avoir refusé de reconnaître deux hommes trans sans chirurgie

Indonésie Un couple d'Américaines expulsé après avoir décrit Bali comme un paradis pour gays

Polémique Le Monde présente ses excuses après un dessin problématique évoquant l'inceste et les transgenres

Affaire Matzneff Après cinq mois d'absence, Christophe Girard de retour à la mairie de Paris

Statistiques Les mariages entre femmes ont dépassé les mariages entre hommes en 2020

Etats-Unis L'acteur X Matthew Camp dénonce l'incendie de sa maison comme un crime de haine homophobe

Dîner de la mode annulé Le Sidaction met aux enchères des lots d'exception pour la recherche

Projet de loi La PMA pour toutes de retour au Sénat

Propos homophobes La porte-parole de LREM Laetitia Avia visée par une enquête pour harcèlement moral

Transgenres Israël déclassifie enfin la transidentité des maladies mentales

Réseaux sociaux La Pologne veut instaurer une loi rendant illégale la censure des contenus haineux

Israël Un rabbin affirme que le vaccin contre le Covid-19 rend homosexuel

Affaire Duhamel Jack Lang regrette d'avoir défendu le consentement sexuel pour des mineurs de 13 ans

Assemblée nationale Un amendement pour interdire les mutilations des enfants intersexes

Etats-Unis Lady Gaga chantera officiellement pour l'investiture de Joe Biden

Sport Le basketteur suisse Marco Lehmann fait son coming out

Cinéma L'actrice Tilda Swinton se présente comme queer

Histoire Macron, d'accord avec la famille de Rimbaud, écarte l'entrée du poète au Panthéon

Rouen 6 ans de prison ferme contre un homme accusé d'agression homophobe

Pologne Trois militantes polonaises jugées pour avoir auréolé la Vierge d'un arc-en-ciel

Projet de loi bioéthique / PMA Mobilisation des associations avant la seconde lecture au Sénat

Corée-du-Sud Sexiste, homophobe, anti-handicapés... un chatbot déraille

Genre / Transidentité Des professeurs face à leurs élèves

Lutte contre l'homophobie Frédéric Potier quitte ses fonctions à la tête de la Dilcrah

Les précédentes Unes

précédent janvier 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Publicité

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL MIXTE
15 €
Voir l'offre pour GEL MIXTE
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
MAXI SPERM
19.00 €
Voir l'offre pour MAXI SPERM
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris