Toilettes publiques, affaires privées: les dessous des pissotières  - Exposition

Exposition

Toilettes publiques, affaires privées: les dessous des pissotières

Après Berlin et avant New York, une exposition accompagnée d'un beau livre, rend hommages aux toilettes publiques, surnommés "tasses" en argot parisien ou "pissotières" en langage courant, installés sur les trottoirs pour répondre aux besoins naturels des hommes, et qui ont disparu en 1984.

E-llico.com / Agendas

Toilettes publiques, affaires privées: les dessous des pissotières
Exposition

Mis en ligne le 20/11/2019

Tags

Exposition Les Tasses: toilettes publiques, affaires privées

En 1969, Hitchcock, jamais à une provocation près, a choisi une vespasienne pour une interview télévisée. Inventés en 1834 par le préfet Rambuteau, le "Monsieur propre" de Paris, ces urinoirs publics, ont été les premiers lieux de liberté pour les homosexuels, abritant aussi l'échange de messages secrets de la Résistance.

Après Berlin et avant New York, une exposition insolite accompagnée d'un beau livre, rend leur majesté à ces précieux édicules, surnommés "tasses" en argot parisien ou "pissotières" en langage courant, installés sur les trottoirs pour répondre aux besoins naturels des hommes, et qui ont disparu en 1984.

"Il ne faut pas mettre cette petite histoire humaine sous le tapis", confie le photographe et écrivain Marc Martin, spécialisé dans les "fantômes urbains" et qui a mené une enquête de dix ans sur le sujet, rencontrant sociologues et historiens, et ressuscitant au passage des écrits de Verlaine, Rimbaud, Céline et Musset. "J'ai proposé l'exposition à plusieurs musées parisiens qui, malgré leur intérêt, ont décliné", ajoute-t-il.

A Berlin, le Schwules Museum, musée gay et lesbien, lui a ouvert les portes, tout comme son équivalent à New York, le Leslie-Lohman Museum, à partir de septembre 2020.

Une affaire de mecs

Inaugurée mardi au Point éphémère à Paris à l'occasion de la Journée mondiale des Toilettes, l'exposition "Les Tasses: toilettes publiques, affaires privées" retrace la petite et grande histoire des urinoirs publics à travers de nombreuses photographies et documents.

"Pisser en ville au XIXème siècle resta longtemps une affaire de mecs, ce qui nous renvoie aux prémices du féminisme et au questionnement sur les genres", souligne Marc Martin. "Au-delà de l'objectif hygiéniste, les vespasiennes, du nom de l'empereur romain Vespasien qui taxa l'urine, ont répondu aussi à un besoin social. Des hommes en quête d'identité y ont posé les premières pierres du vivre-ensemble. Les 'tasses' sont rapidement devenues des lieux de rencontres impossibles ailleurs. Des générations d'hommes s'y sont émancipés", ajoute Marc Martin.

"Près de 4.000 vespasiennes ont été dénombrées en France, dont 2.000 à Paris. Les 'tasses' ont été surtout des lieux de brassage social", observe-t-il. "En 1834, les premiers urinoirs installés dans des colonnes Morris ne proposaient qu'une place. Comme des files d'attente se formaient, les vespasiennes à plusieurs places les ont vite remplacées derrière des tôles ajourées. Plus c'était confiné, plus de choses s'y passaient...".

Désormais, elles se vendent de temps en temps aux enchères: à Paris il n'y en a qu'une encore en activité, 75, Boulevard Arago, devant la prison de la Santé, dans le quatorzième arrondissement.

L'exposition permet ainsi de découvrir les témoignages en vidéo de plusieurs hommes à visage découvert ayant fréquenté les anciennes "pissotières". L'un d'eux, Hugues, 83 ans, raconte qu'il y a rencontré l'homme de sa vie.

Endroits libertaires 

"Je me suis fait tripoter par des danseurs, des couturiers, des acteurs, des chanteurs... Rencontrer quelqu'un dans une tasse puante et se retrouver dans son appartement somptueux quelques minutes plus tard, c'était une belle aventure!", confie pour sa part Jean-Pierre, 73 ans.

"J'aimerais qu'on reconnaisse à ces hommes un certain courage. Je voudrais rendre à ces endroits libertaires, qui ont abrité tant de frissons, leur part troublante de sensualité", explique Marc Martin. "N'ont-ils pas osé braver les interdits ? N'ont-ils pas, pendant plus d'un siècle, osé affronter les plaisirs alors défendus ?".

Les vespasiennes ont été aussi des espaces de visibilité politique et commerciale avec des publicités, accueillant notamment les premières campagnes de prévention et de sensibilisation aux maladies vénériennes.

Pendant l'affaire Dreyfus, les comploteurs répendaient leurs fausses informations dans les urinoirs publics, remplacés dans les années 80 par les "Sanisettes" monoplaces, répondant aux nouvelles normes d'hygiène. L'exposition n'élude rien. Pas même les "soupeurs" - attirés par l'urine d'autres hommes -, una pratique sexuelle très marginale, assure Marc Martin. "Ce n'est pas une légende urbaine, mais ça a été gonflé pour entâcher un peu plus l'image des vespasiennes et les faire disparaître".

Rédaction avec AFP

      

                                       > Publicité <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Denis

Que de souvenirs dans ces édicules?
Que d'émois vécus là?
Certaines Tasses étaient propres à l'exhibition (donc au voyeurisme) telle celle à l'entrée du jardin des Tuileries, au pied du mur de soutainement de l'Orangerie, où l'on pouvait zyeuter les mecs d'en haut?

Bons souvenirs les mecs.

A lire aussi...

MonterDescendre

Discrimination L'Autriche ouvre le don du sang aux homosexuels, bisexuels et transgenres

Santé / Sexe A Madrid, un sauna gay soupçonné d'être un foyer de variole du singe contraint de fermer ses portes

Variole du singe Trois cas en Belgique liés au festival fétichiste Darklands

Foot / Homophobie Les Ultras du PSG apportent leur soutien à Idrissa Gueye

Football A six mois du Mondial-2022, le Qatar sur la défensive sur la question des droits humains

Sexe virtuel Le caming ne relève pas de la prostitution, selon la Cour de cassation

Santé gay / Variole du singe Nouveaux cas en Suède, Italie et Canada, une agence de l'UE prépare un rapport

Justice / Marseille Jusqu'à 18 ans de prison pour séquestration et viol d'un militant LGBT

Sénégal Enquête policière sur une possible agression collective homophobe

Taïwan Le mariage pour tous, sauf pour les couples homosexuels transnationaux

Sénégal / Homophobie Le soutien au joueur Idrissa Gana Gueye ne faiblit pas, au nom des valeurs

Santé gay Des cas de variole du singe détectés en Europe et Amérique du Nord

Festival / Cinéma Cannes déroule le tapis rouge au dissident russe Kirill Serebrennikov

Homosexualité Tchaïkovski vu par sa femme oubliée: l'histoire à l'origine du film

Variole du singe au Royaume-Uni L'OMS veut faire la lumière sur un virus qui affecte la communauté gay

Ukraine Le Conseil de l'Europe réclame la protection des personnes LGBT touchées par la guerre

France Les plaintes pour crimes et délits anti-LGBT+ en hausse de 28% en 2021

Homophobie dans le football Le chef de l'Etat sénégalais soutient le joueur du PSG Gueye

Journée contre l'homophobie Plaintes en hausse, victimes désemparées

Classement Rainbow Europe La France passe de la 13ème à la 7ème place

Angleterre Jake Daniels, premier joueur pro anglais en activité à faire son coming out

Bulgarie Un tribunal exige qu'un acte de naissance soit délivré au bébé d'un couple de lesbiennes

Football L'absence d'Idrissa Gueye lors de la journée de lutte contre l'homophobie fait polémique

Discrimination Quand être trans renchérit votre assurance

Paris Un centre d'aide dédié aux migrants LGBT+ et aux trans

Marseille Deux ex-légionnaires jugés pour la séquestration et le viol d'un militant LGBT

Foot / Ligue 1 L'association de lutte contre l'homophobie Rouge Direct interpelle Idrissa Gueye

Foot / Homophobie Des murs sont tombés mais pas suffisamment, selon l'entraîneur de Nice

Islam / Homophobie La justice ordonne la réouverture provisoire de la mosquée de Beauvais

Les précédentes Unes

précédent mai 2022 suivant
lu ma me je ve sa di
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

L'actu en continu

Toute l'actu