Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Fatigués et effrayés, des migrants gay se cachent aux confins de l'UE - Pologne / Bélarus

Pologne / Bélarus

Fatigués et effrayés, des migrants gay se cachent aux confins de l'UE

Les mains tremblantes de peur et de fatigue, Hadi, un Irakien de 19 ans, se prépare à passer une nuit dans le froid d'une forêt du sud-est de la Pologne, juste après avoir franchi la frontière de l'Union européenne à partir du Bélarus.

E-llico.com / Actus

Fatigués et effrayés, des migrants gay se cachent aux confins de l'UE
Pologne / Bélarus

Mis en ligne le 01/10/2021

Tags

Pologne Bélarus Migrants LGBT UE

Rencontré par des journalistes de l'AFP jeudi, à quelques kilomètres de la frontière, le jeune homme raconte qu'il fait ce même parcours pour la troisième fois, après avoir été renvoyé à deux reprises au Bélarus par les garde-frontières polonais.

Hadi, l'un des milliers de migrants, pour la plupart originaires du Moyen-Orient, qui ont franchi ou tenté de franchir cette frontière longue de 400 kilomètres depuis août, déclare que les gardes lui avaient dit de ne plus revenir. Jeudi, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, devait se rendre à Varsovie pour discuter de la question avec le ministre polonais de l'Intérieur. Ils nous ont repoussés et nous ont dit : "Ne revenez plus ici. Retournez au Bélarus !", raconte Hadi, un chapeau rose portant l'inscription "LOVED" sur la tête. "Je suis fatigué et inquiet", confie-t-il, grelottant dans son sac de couchage posé à même le sol, dans un endroit entouré d'arbustes pour se cacher des garde-frontières.

Hadi reste là avec deux amis irakiens, Ali et Ameer, qui ont fait le voyage avec lui. Ali porte un bandana multicolore et a des tatouages sur le cou, Ameer, une casquette de baseball à paillettes. Tous trois sont issus de la communauté LGBTQ irakienne. Ils disent avoir fui l'Irak parce qu'ils étaient harcelés après avoir manifesté en faveur des droits des homosexuels. "Quelques mois après les manifestations, ils ont commencé à nous menacer", insiste Hadi, ajoutant qu'il a vécu "pendant une année entière dans la clandestinité" en Irak.

Lois européennes

L'Union européenne soupçonne le Bélarus d'être à l'origine de l'afflux de réfugiés, en guise de représailles contre les sanctions européennes, mais Minsk en rejette la responsabilité sur les pays occidentaux. La Pologne a envoyé des milliers de soldats à la frontière, érigé une clôture de fils barbelés et instauré un état d'urgence de trois mois le long de la zone frontalière, qui en exclut l'accès aux journalistes et aux organisations humanitaires.

Des ONG, dont Amnesty International, ont accusé le gouvernement d'empêcher les migrants de présenter leurs demandes d'asile et de les forcer à retraverser la frontière. Interrogé sur ces refoulements la semaine dernière, le vice-ministre de l'Intérieur, Maciej Wasik, s'est contenté de dire que la Pologne utilisait "tous les moyens légaux" pour protéger sa frontière.

Coincés entre les gardes polonais d'un côté et les Bélarusses de l'autre, de nombreux migrants se sont retrouvés pris dans un tragique va-et-vient à travers les épaisses forêts de la région. Cinq personnes sont mortes jusqu'à présent.

Le gouvernement polonais veut que la législation soit modifiée afin de permettre aux agents frontaliers d'ignorer plus facilement les demandes d'asile et de renvoyer les migrants, ceux-ci n'agissant pour le moment qu'en application d'un simple arrêté du ministère de l'Intérieur. La commissaire Johansson a déclaré que la législation actuellement en discussion au Parlement polonais soulevait d'emblée "plusieurs interrogations" et a appelé à la "transparence dans la protection des frontières extérieures de l'UE".

"Nous ne sommes pas de la police"

Au fin fond de cette forêt de la région de Chelm, une ville située à une vingtaine de kilomètres de la frontière, les jeunes Irakiens expliquent qu'ils ont communiqué leur position aux ONG à l'aide de leur téléphone. Ils ont été retrouvés par des représentants du groupe de défense des droits humains Homo Faber, qui ont fait un long trajet en voiture sur une route forestière cahoteuse et une marche aux flambeaux.

"Protection internationale !" ont crié Anna Dabrowska et Piotr Skrzypczak, chargés de leur fournir de la nourriture et des vêtements, en cherchant les migrants. Après avoir trouvé les trois Irakiens, Mme Dabrowska a lancé : "Nous ne sommes pas de la police. Ne vous inquiétez pas !". Et M. Skrzypczak d'ajouter : "Vous êtes en Pologne !"

Les militants leur ont offert une assistance juridique, proposant de déposer en leur nom une requête directement auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme pour qu'ils puissent rester sur le territoire polonais. Selon les garde-frontières, plus de 8.200 migrants ont été empêchés d'entrer en Pologne depuis début août. 1.200 autres ont réussi à la traverser et se trouvent actuellement en détention.

Interrogée sur le nombre des migrants qu'elle a pu aider, Mme Dabrowska répond qu'il est "difficile de donner un chiffre car ce sont souvent les mêmes personnes qui tentent de traverser, encore et encore". "Ces gens sont renvoyés au Bélarus et ils essaient à nouveau d'entrer en Pologne, alors on les voit pour une deuxième fois, une troisième, une quatrième..."

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Football Le Panama sanctionné pour des chants homophobes en tribunes

Etats-Unis Liberté d'expression ou discours haineux? Netflix dans la tourmente

Koweit Une femme transgenre condamnée pour imitation du sexe opposé

Afrique Le Botswana demande l'annulation de la dépénalisation de l'homosexualité

Pays-Bas L'héritier du trône, le roi ou la reine peuvent épouser une personne du même sexe, selon le Premier ministre

Namibie La justice accorde la citoyenneté à un enfant d'un couple gay

Justice La CEDH déboute des plaignants qui poursuivaient le Vatican pour des actes de pédocriminalité

Union européenne Clément Beaune exhorte la Hongrie à respecter les droits LGBT

Essonne Une enquête est ouverte après l'agression homophobe d'un mineur

Football américain Démission de l'entraîneur des Raiders, accusé de racisme, misogynie et homophobie

Handball Procédure disciplinaire demandée à l'encontre du président de Nantes après des propos homophobes

Etats-Unis Netflix défend l'humoriste Dave Chappelle après des blagues jugées transphobes

Turquie Les 18 étudiants ayant participé à une marche des fiertés relaxés

VIH Le dépistage gratuit sans ordonnance va être généralisé

Grande-Bretagne Une universitaire britannique accusée de transphobie dénonce une campagne de harcèlement

Harcèlement et piratage Twitch à la peine en cybersécurité

Corée-du-Sud Un tribunal sud-coréen soutient une soldate transgenre qui s'est suicidée

Contrôle de la police et propagande gay Moscou rejette les propositions du Conseil de l'Europe

Eglise catholique Le rapport Sauvé, accablant, révèle l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Eglise de France

Pédocriminalité dans l'Eglise Les différents profils des agresseurs

Caraïbes L'Eglise catholique réaffirme son opposition au mariage homosexuel à Cuba

Homophobie L'Assemblée vote l'interdiction des thérapies de conversion à l'unanimité

Ecole Le ministère de l'Education publie une circulaire pour mieux accueillir les élèves transgenres

France Un rapport dévoile l’ampleur du phénomène de la pédocriminalité dans l’Église

Turquie / France Peine de prison réduite à cinq ans pour Fabien Azoulay

Justice Non-lieu pour sept Femen et Caroline Fourest après des incidents pendant une manif anti-mariage gay

Pologne / Bélarus Fatigués et effrayés, des migrants gay se cachent aux confins de l'UE

Médias Cyril Hanouna se mêle de politique

Affaire Mila Cinq nouvelles personnes seront jugées pour harcèlement et menaces de mort

Les précédentes Unes

précédent octobre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris