Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
La vie brisée de Radwin, femme trans en Afghanistan  - Témoignage

Témoignage

La vie brisée de Radwin, femme trans en Afghanistan

"Dieu m'a créé comme ça, c'est ma nature, personne ne le comprend". Pour Radwin, femme transgenre en Afghanistan, après des années de persécutions, l'avènement des talibans ne lui laisse que trois options: se cacher, fuir ou mourir.

E-llico.com / Actus

La vie brisée de Radwin, femme trans en Afghanistan
Témoignage

Mis en ligne le 28/09/2021

Tags

Afghanistan Transgenres

"Personne ne nous aide, personne n'entend notre cri. Avant que les talibans ne nous tuent, il faudra partir", déclare t-elle dans un entretien à l'AFP. Depuis l'arrivée au pouvoir du mouvement islamiste à la mi-août, "il m'est strictement impossible de sortir de chez moi", explique depuis un endroit en Afghanistan tenu secret, Radwin, un nom d'emprunt choisi pour protéger sa sécurité. "Si je sors, je dois être entièrement couverte et personne ne doit pouvoir m'identifier", ajoute-t-elle.

Dans la très conservatrice société afghane, les personnes trans ne peuvent compter sur aucune forme de reconnaissance. L'homosexualité et toutes les questions liées à la communauté LGBTQ restent un tabou absolu. Sous le précédent régime, les relations sexuelles entre personnes de même sexe étaient "illégales", et la communauté LGBTQ s'exposait à des persécutions et discriminations constantes, dans l'accès aux soins comme au travail.

Avec l'arrivée des talibans au pouvoir, la menace s'est aggravée. Ils prônent une interprétation stricte de la charia, la loi islamique. Sous leur précédent régime, entre 1996 et 2001, les relations homosexuelles étaient passibles de la peine de mort.

Me violer

Radwin a fait son coming out il y a cinq ans, apparaissant en femme en public. Depuis elle a vécu un quotidien de menaces et d'agressions sexuelles, certaines d'une extrême violence. "On a essayé de me violer plusieurs fois", dit-elle. "C'est arrivé plusieurs fois, parfois ils n'y sont pas arrivés", poursuit-elle avec pudeur. Il y a deux ans, alors qu'elle marchait dans la rue avec une amie, des hommes à moto et armés, l'ont attaquée au couteau, la forçant à les suivre loin de la ville. Après l'avoir droguée de force, "ils ont fait ce qu'ils voulaient faire avec nous", poursuit-elle.

Après ce viol et ces supplices, Radwin a été hospitalisée pour de multiples blessures. La police a ouvert une enquête et constaté la présence de drogue. La famille de Radwin a été prévenue, mais les coupables n'ont jamais été retrouvés. Puis il y a quelques semaines, alors qu'elle marchait le long d'une route, elle a reçu des coups de crosse sur la tête. En relevant son voile, elle montre les cicatrices de cette dernière agression en date.

Mais dans cette vie de peur constante, Radwin avait trouvé quelques bouffées de liberté et de joie, notamment lorsque certains de ses proches ont accepté qu'elle apparaisse en femme en leur présence. "Avant l'arrivée des talibans, je me rendais chez mes amis habillée en femme, et je me sentais tellement bien", se souvient-elle.

Obscurité

Radwin redoute de ne plus jamais pouvoir retrouver cette liberté, de ne plus pouvoir échapper à son genre d'assignation. "Je veux pouvoir porter de beaux habits que je choisirai moi-même. Je voudrais faire du mannequinat et aussi enseigner la danse", se prend à rêver la jeune femme. Mais "ça ne se passera jamais", se referme-t-elle immédiatement. A moins que Radwin ne réussisse à partir. "Je ne peux pas rester là et détruire ma vie, parce que ce que je n'aurai jamais ici la vie que je veux", dit-elle.

Mais comment partir? De la très petite communauté transgenre d'Afghanistan, ne reste pratiquement aucun réseau de soutien. La plupart de ses membres ont déjà fui à l'étranger, dont plusieurs en Iran. "Il ne reste personne pour nous aider ici", résume-t-elle. Radwin dit avoir contacté une ONG en Europe, sans résultats. Alors que les talibans affirment que leur régime sera plus enclin à la modération, notamment sur les questions de moeurs que le précédent, Radwin n'y voit elle "qu'une façade". "D'ici quelques jours, on verra qu'ils sont bien pires encore qu'avant", assure-t-elle. "Je ne vois pas comment ça pourrait s'arranger. Je ne vois que l'obscurité. Il n'y a plus de lumière".

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Football Le Panama sanctionné pour des chants homophobes en tribunes

Etats-Unis Liberté d'expression ou discours haineux? Netflix dans la tourmente

Koweit Une femme transgenre condamnée pour imitation du sexe opposé

Afrique Le Botswana demande l'annulation de la dépénalisation de l'homosexualité

Pays-Bas L'héritier du trône, le roi ou la reine peuvent épouser une personne du même sexe, selon le Premier ministre

Namibie La justice accorde la citoyenneté à un enfant d'un couple gay

Justice La CEDH déboute des plaignants qui poursuivaient le Vatican pour des actes de pédocriminalité

Union européenne Clément Beaune exhorte la Hongrie à respecter les droits LGBT

Essonne Une enquête est ouverte après l'agression homophobe d'un mineur

Football américain Démission de l'entraîneur des Raiders, accusé de racisme, misogynie et homophobie

Handball Procédure disciplinaire demandée à l'encontre du président de Nantes après des propos homophobes

Etats-Unis Netflix défend l'humoriste Dave Chappelle après des blagues jugées transphobes

Turquie Les 18 étudiants ayant participé à une marche des fiertés relaxés

VIH Le dépistage gratuit sans ordonnance va être généralisé

Grande-Bretagne Une universitaire britannique accusée de transphobie dénonce une campagne de harcèlement

Harcèlement et piratage Twitch à la peine en cybersécurité

Corée-du-Sud Un tribunal sud-coréen soutient une soldate transgenre qui s'est suicidée

Contrôle de la police et propagande gay Moscou rejette les propositions du Conseil de l'Europe

Eglise catholique Le rapport Sauvé, accablant, révèle l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Eglise de France

Pédocriminalité dans l'Eglise Les différents profils des agresseurs

Caraïbes L'Eglise catholique réaffirme son opposition au mariage homosexuel à Cuba

Homophobie L'Assemblée vote l'interdiction des thérapies de conversion à l'unanimité

Ecole Le ministère de l'Education publie une circulaire pour mieux accueillir les élèves transgenres

France Un rapport dévoile l’ampleur du phénomène de la pédocriminalité dans l’Église

Turquie / France Peine de prison réduite à cinq ans pour Fabien Azoulay

Justice Non-lieu pour sept Femen et Caroline Fourest après des incidents pendant une manif anti-mariage gay

Pologne / Bélarus Fatigués et effrayés, des migrants gay se cachent aux confins de l'UE

Médias Cyril Hanouna se mêle de politique

Affaire Mila Cinq nouvelles personnes seront jugées pour harcèlement et menaces de mort

Les précédentes Unes

précédent octobre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris