Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Lesbiennes et célibataires écoeurées par la lenteur de la loi PMA - Un bébé en France?

Un bébé en France?

Lesbiennes et célibataires écoeurées par la lenteur de la loi PMA

"Quand pourrons-nous faire un enfant en France ?": lesbiennes et femmes célibataires suivent avec méfiance l'examen du projet de loi bioéthique devant le Sénat, qui devrait pourtant marquer une étape de plus vers l'ouverture de la PMA qu'elles attendent depuis des années.

E-llico.com / Actus

Lesbiennes et célibataires écoeurées par la lenteur de la loi PMA
Un bébé en France?

Mis en ligne le 03/02/2021

Tags

PMA pour toutes Projet de loi Sénat

Sur le même sujet

Le Sénat rejette l'ouverture de la PMA à toutes les femmes
Projet de loi
Le Sénat rejette l'ouverture de la PMA à toutes les femmes

"Ca ne m'étonne pas. Encore du temps perdu". Anne-Fleur Multon ne décolère pas mercredi, au lendemain de l'examen en deuxième lecture devant le Sénat du projet de loi.

Les sénateurs, majoritairement à droite, ont rejeté l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. La mesure-phare du texte bioéthique pourra toutefois être rétablie par les députés. Et le vote final pourrait intervenir dans quelques mois à l'Assemblée nationale.

"Les sénateurs, c'est une bande de vieux réac. Et nous, on attend depuis des années. (...) C'est humiliant. On se sent en marge de la société", lâche la jeune femme de 27 ans, qui veut un enfant avec sa compagne âgée de 31 ans.

L'ouverture de la PMA à toutes les femmes était une promesse du président François Hollande (2012-2017) puis d'Emmanuel Macron. Depuis un an, le texte a pris du retard en raison de la crise sanitaire. Puis la séance de mardi au Sénat a marqué une nouvelle déception pour les femmes célibataires et les lesbiennes qui attendent la PMA.

Parmi elles, Anne-Fleur Multon avait déjà décidé de se tourner vers l'étranger. Sa compagne doit recevoir une première insémination en Belgique en mars. Elles ont quitté Paris en mai pour s'installer à Concarneau (Finistère), dans une maison où le bébé pourra avoir sa chambre. "La PMA en France, ce sera peut-être pour le deuxième bébé", espère-t-elle quand même.

"Plus le luxe d'attendre" 

Maria*, qui vit en couple à Paris, a aussi choisi la Belgique. "Ca m'a mis un coup au moral de ne pas pouvoir faire les démarches en France, dit-elle. Prendre le Thalys en cachette, comme ces femmes qui se faisaient avorter clandestinement. Et on panique à l'idée d'une fermeture des frontières" en raison de la crise sanitaire. La première insémination en novembre n'a pas fonctionné. Elle attend les suivantes.

Elle espère, elle aussi, pouvoir faire le deuxième enfant en France: "Quand ce sera légal, ça nous aidera à mieux assumer face à la famille, aux amis. Cela aidera à changer les mentalités". Mais Maria, qui travaille dans le social, se refuse à être trop optimiste. "Tant que ce n'est pas réel et concret, je n'y crois pas trop. Nous avons trop attendu".

De son côté, Anne-Sophie*, une psychologue, a débuté son parcours PMA en novembre à Barcelone. Cette femme célibataire "n'espère plus" pouvoir faire un enfant en France. "Ca me met en colère de me dire que ce que je fais est illégal dans mon propre pays. Mais j'ai 36 ans, je n'avais plus le luxe d'attendre", confie-t-elle.

Anne-Sophie a payé 2.200 euros pour une "promotion 'deux inséminations achetées, la troisième offerte'", auxquels il faut ajouter le prix des trajets et des nuitées d'hôtel en Espagne. C'est "injuste car toutes les femmes n'ont pas les moyens. C'est ça qui rend la loi essentielle aujourd'hui", ajoute-t-elle.

Bénédicte Blanchet, de l'association Mam'en solo, fondée en 2018, est aussi en colère contre les sénateurs, auxquels elle s'adresse pour qu'ils viennent "rencontrer des femmes célibataires": "Vous verrez que nous ne sommes pas ces petits être fragiles (...) pour lesquels vous estimez devoir décider", dit-elle.

Les sénateurs ont exclu les femmes célibataires de l'ouverture de la PMA. Et comme en première lecture, ils ont refusé un remboursement par la Sécurité sociale aux nouvelles bénéficiaires. Les débats doivent reprendre mercredi.

Pour Nicolas Faget, de l'association des parents gays et lesbiens, ce refus de remboursement marquerait "une rupture d'égalité": "Les femmes qui veulent avoir recours à la PMA cotisent comme tout le monde". Mais il veut rester optimiste. "Si tout se déroule comme prévu, les femmes pourront prendre leurs premiers rendez-vous en 2022. Et alors, enfin, la France rattrapera son retard".

*Maria et Anne-Sophie ont requis l'anonymat

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Françoise

Chacun a pu mesurer la puissance des conservatismes anti-PMA que ce soit dans les assemblées, sur les plateaux télé (dont ceux, come CNEWS, où les LGBT sont souvent insultés), et de façon générale dans une opinion publique ballotée par les mensonges des spéculateurs sur une défaite de Macron.

D'ici peu de temps, la victoire définitive sera mise au crédit d'un président courageux et d'un gouvernement qui n'a pas démérité.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Mémoire Le Mémorial de la Shoah explore la persécution des homosexuels en Europe sous le nazisme

Isère Quatre hommes condamnés à la prison après l'agression d’un couple gay

Turquie Les avocats de Fabien Azoulay rapportent les mauvais traitements subis en prison par leur client

Droite / LR Soutien de Xavier Bertrand, Guillaume Peltier dénonce une soumission à la tyrannie des minorités

Allemagne Un islamiste en procès pour un meurtre homophobe

Toulouse Le parquet général soutient une femme transgenre qui demande à être reconnue comme mère

Russie Début du procès pour pornographie d'une militante féministe et LGBT

Turquie Fabien Azoulay, gay condamné pour du GBL, demande son transfèrement en France

Suisse Les opposants au mariage gay obtiennent l'organisation d'un référendum

USA / Droits LGBT Biden fait un premier pas vers une réforme de la Cour suprême

Irlande L'ex Premier ministre gay contraint de quitter son domicile après des menaces de mort homophobes

International Amnesty de plus en plus préoccupée par la situation des LGBT face au Covid

Russie Poutine renforce l'interdiction du mariage gay

Homophobie Lancement d'une consultation citoyenne sur les discriminations

Ecosse Une ancienne star du porno gay candidat d'un parti d'extrême droite homophobe

Etats-Unis L'Arkansas, premier Etat américain à interdire une transition médicale aux mineurs transgenres

Israël L'entrée de députés homophobes au Parlement inquiète la communauté LGBT

Allemagne / Foot Un entraîneur du Hertha Berlin limogé pour des propos homophobes

Montpellier Une plainte pour viol déposée contre l'ex-président du Refuge

Etats-Unis Une star de la NBA écope de 50.000 dollars d'amende, pour ses insultes homophobes

Autriche Contre la doctrine du Vatican, le drapeau arc-en-ciel au fronton d'églises autrichiennes

Russie La présidente de la chambre haute du Parlement s'emporte contre la candidate gay-friendly à l'Eurovision

Mondial-2022 Toni Kroos critique ouvertement le Qatar sur les droits humains et LGBT

Chine Le voguing, la danse LGBTQ qui fait divaguer la jeunesse chinoise

Turquie L'abandon d'un traité protégeant les femmes, au nom de la lutte contre l'homosexualité, provoque une onde de choc

Turquie Une brute homophobe arrêtée après une violente agression

Asie Un militant pour les droits des homosexuels agressé en Ouzbékistan

Maroc / Agression sexuelle Nouveau report du procès d'un journaliste, appels à sa libération

Sidaction 2021 Ne laissons pas le Sida reprendre du terrain, souligne Emmanuel Macron

Sidaction 2021 Près de 4,5 millions d'euros de promesses de dons

Les précédentes Unes

précédent avril 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
LIVRES GAY
à partir de 6 €
Voir l'offre pour LIVRES GAY
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris