Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Pour le journaliste Nicolas Martin, <I>transformer le traumatisme en combat</I> - #MeTooGay

#MeTooGay

Pour le journaliste Nicolas Martin, transformer le traumatisme en combat

Le "paradoxe" est que "ce qui m'a détruit" est "aussi un élément de ma construction" : Nicolas Martin, journaliste à France Culture, a franchi le pas vendredi avec des milliers d'anonymes autour du mot-dièse #MeTooGay, pour briser le silence sur les violences sexuelles dont il a été victime enfant.

E-llico.com / Actus

Pour le journaliste Nicolas Martin, transformer le traumatisme en combat
#MeTooGay

Mis en ligne le 25/01/2021

Tags

#MeTooGay Nicolas Martin

Sur le même sujet

Des gays racontent à leur tour les violences sexuelles sur Twitter
#Metoogay
Des gays racontent à leur tour les violences sexuelles sur Twitter
Le conseiller de Paris Maxime Cochard et son compagnon accusés de viol par un jeune homme
Agressions sexuelles
Le conseiller de Paris Maxime Cochard et son compagnon accusés de viol par un jeune homme

"Si cette parole-là permet à n'importe quel gamin de rompre le silence, de lui entrebâiller la porte dans le noir, tout est gagné", explique d'emblée le producteur de la "Méthode scientifique". De la même voix, rapide, précise et limpide qui décrypte chaque jour l'actualité de la pandémie de Covid-19, il replonge succinctement dans ces années qui ont bouleversé sa vie.

"C'était un voisin. Ça a commencé par du chantage : 'si tu ne fais pas ça avec moi, je te dénoncerai à tes parents'. J'avais 11 ans, j'étais un petit garçon, j'avais un corps d'enfant. Lui avait 16 ans et un corps d'adulte. Ça a duré sur plusieurs années", témoigne, sans s'attarder, le journaliste de 44 ans.

De cette période, il garde, comme beaucoup de victimes, l'amnésie traumatique et le souvenir de son incapacité à réaliser "l'emprise" et la réalité des viols. "Il y a cette voix qui te dit 'tu étais consentant', 'tu y retournais', et la culpabilité. Ensuite, il y a eu plein d'étapes, avant que je comprenne pourquoi à chaque fois ça se terminait aussi mal, pourquoi je me détestais, pourquoi je m'auto-mutilais".

A 13 ans, Nicolas Martin "lance une première alerte", après avoir vu, "paniqué", une émission à la télé sur le début de l'épidémie de sida. Il parle du voisin un soir à ses parents. "On est en 1989, la pédophilie ça n'existe pas. Au collège, on mettait en garde contre l'héroïne, mais pas contre les prédateurs sexuels. Ils le prennent comme un aveu d'homosexualité et ne comprennent pas que c'est un rapport forcé".

A 17 ans, "ça s'arrête". "Je suis maigre, très mal, rongé par les pulsions, je m'invente des vies". Le jeune homme rencontre une fille "dont il est fou amoureux" pendant trois ans et voit pour la première fois un psy, "pour me convaincre que je ne suis pas homosexuel". "Et puis je pars faire mon Erasmus en Espagne, c'est le moment où la dissociation s'estompe. Je rencontre un garçon, ça commence à aller un peu mieux".

"Tu étais un enfant" 

Bien avant les réseaux sociaux, la parole de l'autre est déjà celle qui libère. "A mon retour en France, je retrouve pour un café une amie de fac qui, elle, a été agressée par son père et qui me dit : 'toi aussi tu devrais porter plainte. Tu étais un enfant'". Son traumatisme, qu'il pensait avoir réglé, lui saute à la figure, crûment: "A 26 ans, je mets enfin le mot de pédophile. Je réalise que je n'avais pas fait ma puberté, que j'ai faite à 15 ans. Et que le mec était excité par un corps d'enfant. Et je réalise que plus je grandissais, plus mon corps le dégoûtait". "D'un seul coup il n'y a plus de doute sur le viol, sur cette sexualité anormale. Ma culpabilité disparaît complètement", complète-t-il.

Les policiers lui expliquent qu'il y a déjà prescription pour les faits avant ses 13-14 ans, que ce sera parole contre parole et qu'il lui reste deux ans pour porter plainte. Nicolas Martin renonce, "trop fragile" pour affronter la machine judiciaire ou pour que l'on "dissèque" sa vie.

Pour son agresseur, il ne veut pas la prison, mais "qu'il se fasse soigner". "Aujourd'hui, je suis solide sur mes pattes, c'est une partie intégrante de qui je suis. Comme pour beaucoup de victimes de viols, c'est le paradoxe de ce truc qui m'a détruit et qui est aussi un élément de ma construction". Mais, dit-il, "quand je poste ce truc ce matin, je n'imagine pas la résonance".

Le hashtag #MeTooGay a fait émerger en une journée des milliers de témoignages et a relancé un débat sur la culture du consentement au sein de la communauté LGBTQ. "Si à l'échelle de ma petite notoriété, ce mouvement permet d'avoir une parole amplifiée, j'espère qu'il permettra à des anonymes de se reconnaître et qu'ils comprennent qu'on peut survivre à ça, qu'ensemble on peut transformer le traumatisme en forme de combat".

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Mémoire Le Mémorial de la Shoah explore la persécution des homosexuels en Europe sous le nazisme

Isère Quatre hommes condamnés à la prison après l'agression d’un couple gay

Turquie Les avocats de Fabien Azoulay rapportent les mauvais traitements subis en prison par leur client

Droite / LR Soutien de Xavier Bertrand, Guillaume Peltier dénonce une soumission à la tyrannie des minorités

Allemagne Un islamiste en procès pour un meurtre homophobe

Toulouse Le parquet général soutient une femme transgenre qui demande à être reconnue comme mère

Russie Début du procès pour pornographie d'une militante féministe et LGBT

Turquie Fabien Azoulay, gay condamné pour du GBL, demande son transfèrement en France

Suisse Les opposants au mariage gay obtiennent l'organisation d'un référendum

USA / Droits LGBT Biden fait un premier pas vers une réforme de la Cour suprême

Irlande L'ex Premier ministre gay contraint de quitter son domicile après des menaces de mort homophobes

International Amnesty de plus en plus préoccupée par la situation des LGBT face au Covid

Russie Poutine renforce l'interdiction du mariage gay

Homophobie Lancement d'une consultation citoyenne sur les discriminations

Ecosse Une ancienne star du porno gay candidat d'un parti d'extrême droite homophobe

Etats-Unis L'Arkansas, premier Etat américain à interdire une transition médicale aux mineurs transgenres

Israël L'entrée de députés homophobes au Parlement inquiète la communauté LGBT

Allemagne / Foot Un entraîneur du Hertha Berlin limogé pour des propos homophobes

Montpellier Une plainte pour viol déposée contre l'ex-président du Refuge

Etats-Unis Une star de la NBA écope de 50.000 dollars d'amende, pour ses insultes homophobes

Autriche Contre la doctrine du Vatican, le drapeau arc-en-ciel au fronton d'églises autrichiennes

Russie La présidente de la chambre haute du Parlement s'emporte contre la candidate gay-friendly à l'Eurovision

Mondial-2022 Toni Kroos critique ouvertement le Qatar sur les droits humains et LGBT

Chine Le voguing, la danse LGBTQ qui fait divaguer la jeunesse chinoise

Turquie L'abandon d'un traité protégeant les femmes, au nom de la lutte contre l'homosexualité, provoque une onde de choc

Turquie Une brute homophobe arrêtée après une violente agression

Asie Un militant pour les droits des homosexuels agressé en Ouzbékistan

Maroc / Agression sexuelle Nouveau report du procès d'un journaliste, appels à sa libération

Sidaction 2021 Ne laissons pas le Sida reprendre du terrain, souligne Emmanuel Macron

Sidaction 2021 Près de 4,5 millions d'euros de promesses de dons

Les précédentes Unes

précédent avril 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
LIVRES GAY
à partir de 6 €
Voir l'offre pour LIVRES GAY
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris