Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
La Hongrie se dit victime d'une campagne sans précédent - Europe / Droits LGBT

Europe / Droits LGBT

La Hongrie se dit victime d'une campagne sans précédent

La Hongrie a dénoncé mercredi "la campagne sans précédent" menée à son encontre par Bruxelles, qui a menacé de déclencher une procédure pour contrer la loi accusée de discriminer les personnes LGBT.

E-llico.com / Actus

La Hongrie se dit victime d'une campagne sans précédent
Europe / Droits LGBT

Mis en ligne le 08/07/2021

Tags

Hongrie Droits LGBT Orban Homophobie Union européenne

Sur le même sujet

L'UE menace Budapest d'une procédure d'infraction
Droits LGBT
L'UE menace Budapest d'une procédure d'infraction
L'inquiétude de la communauté LGBT+ vue comme une ennemie
Hongrie
L'inquiétude de la communauté LGBT+ vue comme une ennemie

Lors d'un débat au Parlement européen, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen a de nouveau qualifié de "honte" les dispositions hongroises interdisant la diffusion de contenus sur l'homosexualité auprès des mineurs, adoptées le 15 juin et qui doivent entrer en vigueur jeudi. "Si la Hongrie ne corrige pas le tir, la Commission fera usage des pouvoirs qui lui sont conférés en sa qualité de gardienne de traités", a averti la responsable allemande.

Bruxelles peut ouvrir une procédure d'infraction pour violation du droit européen, qui peut mener à une saisine de la Cour de justice de l'Union européenne et à des sanctions financières. Une lettre de mise en demeure devrait être envoyée au plus tard à la mi-juillet, a-t-on appris de source européenne. La Commission avait envoyé le 23 juin un premier courrier aux autorités hongroises pour exprimer ses "préoccupations juridiques" sur le texte controversé, qui a poussé de nombreux dirigeants européens à exprimer leur indignation lors du sommet des 24 et 25 juin.

"Bruxelles n'est pas en mesure de dire qui devrait élever les enfants ni comment", a réagi Gergely Gulyas, le chef du bureau du Premier ministre Viktor Orban, après le débat. "Peu importe que Bruxelles veuille laisser entrer les militants LGBT+ dans les crèches et écoles, nous, nous y opposons", a-t-il déclaré.

Depuis le début de son mandat fin 2019, la Commission a engagé "quelque 40 procédures d'infraction" liées à la protection de l'Etat de droit et des valeurs européennes contre différents pays, a rappelé Ursula von der Leyen. "Soyons clairs, nous faisons usage de ces pouvoirs quel que soit l'Etat membre qui enfreint le droit européen", a-t-elle souligné, alors que la Hongrie accuse régulièrement Bruxelles d'appliquer "deux poids, deux mesures" selon les pays.

La cheffe de l'exécutif européen est également pressée par des eurodéputés de suspendre son feu vert au plan de relance hongrois, dans le cadre duquel le pays doit recevoir 7,2 milliards de subventions européennes, alors qu'approche le 12 juillet, date butoir théorique pour cette approbation.

"Il y a des histoires de corruption chaque semaine en Hongrie. (...) Personne n'a l'intention de priver de petites sociétés hongroises en difficulté de fonds européens, mais nous demandons des garanties que ce seront bien elles qui toucheront cet argent", a déclaré lors d'une conférence de presse l'eurodéputée hongroise Katalin Cseh, du groupe Renew (centristes et libéraux).

Selon elle, les responsables européens ont fait "la terrible erreur" de détourner trop longtemps le regard des agissements de Viktor Orban. "Maintenant la méthode Orban se répand comme un feu de forêt à travers le continent", a critiqué Mme Cseh. "Le cas hongrois est incroyablement important au-delà de la Hongrie elle-même car d'autres s'en inspirent", a renchéri l'écologiste allemand Daniel Freund, à l'occasion de la présentation d'un rapport sur le manque de transparence sur l'usage des fonds européens en Hongrie.

"Nous souhaitons une action rapide et franche" de la part de la Commission européenne, a réclamé la socialiste espagnole Eider Gardiazabal Rubial. Bruxelles a indiqué "continuer" ses discussions avec les autorités hongroises sur le plan de relance. Le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni, a précisé que l'évaluation se faisait sur 11 critères "très clairs".

La ministre hongroise de la Justice, Judit Varga, a affirmé que l'exécutif européen avait formulé "de nouvelles exigences" sur le plan de relance depuis l'adoption de la loi controversée. "Bruxelles ne peut pas priver le peuple hongrois pour des raisons politiques", a-t-elle mis en garde sur Twitter.

Paolo Gentiloni a souligné que la Commission pouvait aussi agir avec "d'autres instruments" pour garantir le respect de l'Etat de droit. La présidente de la Commission, à qui les eurodéputés demandent aussi d'activer sans délai un nouveau mécanisme conditionnant le versement des fonds du budget européen et du plan de relance au respect de l'Etat de droit, prévoit d'ouvrir "les premiers dossiers" contre les contrevenants "à l'automne".

Saisie par Budapest et Varsovie, la Cour de justice de l'UE doit se prononcer d'ici quelques mois sur la validité de ce dispositif, qui sera rétroactif au 1er janvier 2021. "Aucun cas (d'infraction) ne va se perdre", a assuré Ursula von der Leyen.

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Denis

Il est aussi sans précédent qu'un chef d'état foule ainsi aux pieds les droits humains les plus basics.
et l'Europe chipote... chipote...

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Football Le Panama sanctionné pour des chants homophobes en tribunes

Etats-Unis Liberté d'expression ou discours haineux? Netflix dans la tourmente

Koweit Une femme transgenre condamnée pour imitation du sexe opposé

Afrique Le Botswana demande l'annulation de la dépénalisation de l'homosexualité

Pays-Bas L'héritier du trône, le roi ou la reine peuvent épouser une personne du même sexe, selon le Premier ministre

Namibie La justice accorde la citoyenneté à un enfant d'un couple gay

Justice La CEDH déboute des plaignants qui poursuivaient le Vatican pour des actes de pédocriminalité

Union européenne Clément Beaune exhorte la Hongrie à respecter les droits LGBT

Essonne Une enquête est ouverte après l'agression homophobe d'un mineur

Football américain Démission de l'entraîneur des Raiders, accusé de racisme, misogynie et homophobie

Handball Procédure disciplinaire demandée à l'encontre du président de Nantes après des propos homophobes

Etats-Unis Netflix défend l'humoriste Dave Chappelle après des blagues jugées transphobes

Turquie Les 18 étudiants ayant participé à une marche des fiertés relaxés

VIH Le dépistage gratuit sans ordonnance va être généralisé

Grande-Bretagne Une universitaire britannique accusée de transphobie dénonce une campagne de harcèlement

Harcèlement et piratage Twitch à la peine en cybersécurité

Corée-du-Sud Un tribunal sud-coréen soutient une soldate transgenre qui s'est suicidée

Contrôle de la police et propagande gay Moscou rejette les propositions du Conseil de l'Europe

Eglise catholique Le rapport Sauvé, accablant, révèle l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Eglise de France

Pédocriminalité dans l'Eglise Les différents profils des agresseurs

Caraïbes L'Eglise catholique réaffirme son opposition au mariage homosexuel à Cuba

Homophobie L'Assemblée vote l'interdiction des thérapies de conversion à l'unanimité

Ecole Le ministère de l'Education publie une circulaire pour mieux accueillir les élèves transgenres

France Un rapport dévoile l’ampleur du phénomène de la pédocriminalité dans l’Église

Turquie / France Peine de prison réduite à cinq ans pour Fabien Azoulay

Justice Non-lieu pour sept Femen et Caroline Fourest après des incidents pendant une manif anti-mariage gay

Pologne / Bélarus Fatigués et effrayés, des migrants gay se cachent aux confins de l'UE

Médias Cyril Hanouna se mêle de politique

Affaire Mila Cinq nouvelles personnes seront jugées pour harcèlement et menaces de mort

Les précédentes Unes

précédent octobre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris