Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
Pour le journaliste Nicolas Martin, <I>transformer le traumatisme en combat</I> - #MeTooGay

#MeTooGay

Pour le journaliste Nicolas Martin, transformer le traumatisme en combat

Le "paradoxe" est que "ce qui m'a détruit" est "aussi un élément de ma construction" : Nicolas Martin, journaliste à France Culture, a franchi le pas vendredi avec des milliers d'anonymes autour du mot-dièse #MeTooGay, pour briser le silence sur les violences sexuelles dont il a été victime enfant.

E-llico.com / Actus

Pour le journaliste Nicolas Martin, transformer le traumatisme en combat
#MeTooGay

Mis en ligne le 25/01/2021

Tags

#MeTooGay Nicolas Martin

Sur le même sujet

Des gays racontent à leur tour les violences sexuelles sur Twitter
#Metoogay
Des gays racontent à leur tour les violences sexuelles sur Twitter
Le conseiller de Paris Maxime Cochard et son compagnon accusés de viol par un jeune homme
Agressions sexuelles
Le conseiller de Paris Maxime Cochard et son compagnon accusés de viol par un jeune homme

"Si cette parole-là permet à n'importe quel gamin de rompre le silence, de lui entrebâiller la porte dans le noir, tout est gagné", explique d'emblée le producteur de la "Méthode scientifique". De la même voix, rapide, précise et limpide qui décrypte chaque jour l'actualité de la pandémie de Covid-19, il replonge succinctement dans ces années qui ont bouleversé sa vie.

"C'était un voisin. Ça a commencé par du chantage : 'si tu ne fais pas ça avec moi, je te dénoncerai à tes parents'. J'avais 11 ans, j'étais un petit garçon, j'avais un corps d'enfant. Lui avait 16 ans et un corps d'adulte. Ça a duré sur plusieurs années", témoigne, sans s'attarder, le journaliste de 44 ans.

De cette période, il garde, comme beaucoup de victimes, l'amnésie traumatique et le souvenir de son incapacité à réaliser "l'emprise" et la réalité des viols. "Il y a cette voix qui te dit 'tu étais consentant', 'tu y retournais', et la culpabilité. Ensuite, il y a eu plein d'étapes, avant que je comprenne pourquoi à chaque fois ça se terminait aussi mal, pourquoi je me détestais, pourquoi je m'auto-mutilais".

A 13 ans, Nicolas Martin "lance une première alerte", après avoir vu, "paniqué", une émission à la télé sur le début de l'épidémie de sida. Il parle du voisin un soir à ses parents. "On est en 1989, la pédophilie ça n'existe pas. Au collège, on mettait en garde contre l'héroïne, mais pas contre les prédateurs sexuels. Ils le prennent comme un aveu d'homosexualité et ne comprennent pas que c'est un rapport forcé".

A 17 ans, "ça s'arrête". "Je suis maigre, très mal, rongé par les pulsions, je m'invente des vies". Le jeune homme rencontre une fille "dont il est fou amoureux" pendant trois ans et voit pour la première fois un psy, "pour me convaincre que je ne suis pas homosexuel". "Et puis je pars faire mon Erasmus en Espagne, c'est le moment où la dissociation s'estompe. Je rencontre un garçon, ça commence à aller un peu mieux".

"Tu étais un enfant" 

Bien avant les réseaux sociaux, la parole de l'autre est déjà celle qui libère. "A mon retour en France, je retrouve pour un café une amie de fac qui, elle, a été agressée par son père et qui me dit : 'toi aussi tu devrais porter plainte. Tu étais un enfant'". Son traumatisme, qu'il pensait avoir réglé, lui saute à la figure, crûment: "A 26 ans, je mets enfin le mot de pédophile. Je réalise que je n'avais pas fait ma puberté, que j'ai faite à 15 ans. Et que le mec était excité par un corps d'enfant. Et je réalise que plus je grandissais, plus mon corps le dégoûtait". "D'un seul coup il n'y a plus de doute sur le viol, sur cette sexualité anormale. Ma culpabilité disparaît complètement", complète-t-il.

Les policiers lui expliquent qu'il y a déjà prescription pour les faits avant ses 13-14 ans, que ce sera parole contre parole et qu'il lui reste deux ans pour porter plainte. Nicolas Martin renonce, "trop fragile" pour affronter la machine judiciaire ou pour que l'on "dissèque" sa vie.

Pour son agresseur, il ne veut pas la prison, mais "qu'il se fasse soigner". "Aujourd'hui, je suis solide sur mes pattes, c'est une partie intégrante de qui je suis. Comme pour beaucoup de victimes de viols, c'est le paradoxe de ce truc qui m'a détruit et qui est aussi un élément de ma construction". Mais, dit-il, "quand je poste ce truc ce matin, je n'imagine pas la résonance".

Le hashtag #MeTooGay a fait émerger en une journée des milliers de témoignages et a relancé un débat sur la culture du consentement au sein de la communauté LGBTQ. "Si à l'échelle de ma petite notoriété, ce mouvement permet d'avoir une parole amplifiée, j'espère qu'il permettra à des anonymes de se reconnaître et qu'ils comprennent qu'on peut survivre à ça, qu'ensemble on peut transformer le traumatisme en forme de combat".

Rédaction avec AFP


> PUBLICITE <

Réagissez

Pour la tranquillité de tous et afin de favoriser un débat constructif et respectueux, les commentaires sont désormais modérés avant publication.

1. Identifiez-vous



2. Ecrivez et postez votre avis


Tous les propos contraires à la loi sont proscrits et ne seront pas publies. En postant votre avis, vous autorisez la publication de votre contribution sur le site ellico.com.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Union européenne Protestations contre la nomination d'un délégué polonais homophobe au sein du comité des droits LGBT

Turquie Ciblées par Erdogan, les personnes LGBT affrontent un tsunami de haine

Droits de l'enfant La Finlande condamnée pour avoir refusé le droit d'asile à un couple de femmes et à leur fils

Grande-Bretagne Le MI6 britannique présente ses excuses pour les discriminations envers les homosexuels

Homoparentalité Les pro-PMA manifestent devant l'Assemblée contre son extension au rabais

Brésil Plus de 175 transgenres assassinés en 2020

The Vivi Un candidat à The Voice exclu du concours après des tweets homophobes et racistes

Association Accusée de gestion défaillante, la direction du Refuge démissionne

Birmanie La communauté LGBT dans la rue avec les manifestants contre la junte

Justice Neuf hommes renvoyés aux assises pour le meurtre de Vanesa Campos

Etats-Unis La Chambre des représentants va adopter l'Equality Act protégeant les personnes LGBT

Nomination Sophie Elizeon prend la tête de la Dilcrah

Football L'ancien capitaine allemand déconseille le coming-out aux joueurs en activité

Commission Mixte Paritaire Pas d'accord entre députés et sénateurs sur la PMA pour toutes

Royaume-Uni Les clubs et établissements gay pourraient réouvrir avec un système de testing

Grande-Bretagne Le gouvernement s’attaque à la cancel culture dans les universités

Etats-Unis Des militants conspirationnistes de QAnon soutiennent que les vaccins rendent gay

Rapport ILGA 2020 2020 a été marqué par une forte augmentation des discours de haine contre les personnes LGBT en Europe

Grande-Bretagne Les ex-militaires renvoyés pour homosexualité vont pouvoir récupérer leurs décorations

Don du sang par les homosexuels La CEDH va examiner les recours d'un Français

Abus sexuels La famille de Guillaume T. va déposer plainte contre X pour violences volontaires

Agressions sexuelles L'étudiant Guillaume T., de la déflagration du #MeTooGay au suicide

Italie Tollé après le classement des homosexuels en catégorie à risque Covid

Abus sexuels A Nice, un prêtre, victime présumée d’un aumônier, sort du silence

Malte Un père condamné pour avoir forcé des prostituées à agresser sexuellement son fils qu'il croyait gay

#MeTooGay Hommages à gauche à l'étudiant retrouvé mort après avoir accusé un élu PCF de viol

Etats-Unis Décès de Larry Flynt, magnat du porno provocateur et libertaire

#MeTooGay L'étudiant qui a accusé un élu parisien de viol, retrouvé mort

Bulgarie / Gibraltar Un couple de femmes porte le sort de leur bébé apatride devant la justice européenne

Maroc Un journaliste jugé pour agression sexuelle, procès renvoyé

Les précédentes Unes

précédent février 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
Publicité

L'actu en continu

Toute l'actu

Shopping

SHORT
47 €
Voir l'offre pour SHORT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
SWEATER
49 €
Voir l'offre pour SWEATER
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
CAGOULE
49 €
Voir l'offre pour CAGOULE
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
LIVRES GAY
à partir de 6 €
Voir l'offre pour LIVRES GAY
chez Menstore
SAC DE SPORT
50.00 €
Voir l'offre pour SAC DE SPORT
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris