Newsletter e-llico ( recevez quotidiennement les actus par e-mail ) :
Flux RSS Twitter Facebook
Publicité
 19 organisations demandent que l'homophobie soit combattue à l'Ecole - Lettre ouverte

Lettre ouverte

19 organisations demandent que l'homophobie soit combattue à l'Ecole

Dix-neuf organisations LGBT et de l'Education ont rédigé une lettre ouverte suggérant des pistes pour que l'Ecole joue son rôle dans le combat contre l'homophobie, à l'occasion de la 3e journée internationale contre cette discrimination.

E-llico.com / Actus

19 organisations demandent que l'homophobie soit combattue à l'Ecole
Lettre ouverte

Mis en ligne le 16/05/2007

Tags

Sur le même sujet

 la FSU soutient les revendications LGBT
Syndicat
la FSU soutient les revendications LGBT
 le Haut Conseil de la population et de la famille préconise des interventions en milieu scolaire
Homophobie
le Haut Conseil de la population et de la famille préconise des interventions en milieu scolaire
 SOS homophobie recrute des bénévoles pour ses interventions en milieu scolaire
Association
SOS homophobie recrute des bénévoles pour ses interventions en milieu scolaire
 l'homosexualité pas assez acceptée en milieu scolaire
Syndicats de l’Education
l'homosexualité pas assez acceptée en milieu scolaire
 le témoignage de Martin
Homophobie au lycée
le témoignage de Martin
 Jean-Paul Huchon précise le rôle de la région dans la lutte contre l'homophobie
Île-de-France
Jean-Paul Huchon précise le rôle de la région dans la lutte contre l'homophobie

A l'occasion de la 3ème journée mondiale de lutte contre l'homophobie dont le thème est l'éducation et en lien avec le colloque qui se tient mercredi 16 mai au Conseil régional d'Île de France, un certain nombre d'associations et d'organisations qui pilotent ce colloque ont adressé unelettre ouverte aux pouvoirs publics sur la nécessité de s'engager plus volontairement en matière éducative dans la lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre.

Parmi ces 19 organisations, figurent Arc-en-Ciel, Couleurs gaies, David et Jonathan, l'Inter-LGBT, Sida Info Service mais aussi la FSU, la Ferc-CGT, le Sgen-CFDT, les étudiants de l'Unef et les lycéens de l'UNL.

L'Ecole "doit sans cesse réaffirmer les valeurs du vivre ensemble et contribuer à les faire partager par tous les membres de la communauté éducative", écrivent les organisations.
Pour elles, "la gêne fréquente" autour de ces questions à l'Ecole encouragerait stéréotypes et préjugés" et "une action positive en ce domaine devrait être menée avec force comme cela est souvent fait à juste titre contre les autres discriminations".
"Aucun texte officiel n'est venu pour le moment mettre la focale sur la nécessité de combattre précisément cette discrimination alors que c'est le cas pour d'autres (sexisme, racisme, handicap...)", regrettent-elles.

Les 19 organisations suggèrent donc la formation des personnels, l'introduction du refus de cette discrimination dans les règlements intérieurs, ou encore la mise à disposition dans les CDI d'ouvrages de littérature jeunesse, traitant de la question de l'homosexualité ou de la transsexualité "sans les préjugés habituels".
Elles proposent également que les associations lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) puissent être agréées "associations complémentaires de l'enseignement public" pour intervenir en milieu scolaire, plutôt que se confronter comme aujourd'hui à "une hostilité systématique".
"A l'instar de la semaine d'éducation contre le racisme qui se tient chaque année dans les établissements scolaires, un temps de réflexion devrait y être régulièrement organisé pour déconstruire les schémas sexistes, homophobes et rendre cette démarche permanente et quotidienne", ajoutent-ils.

>> La "Lettre ouverte aux pouvoirs publics"

La question des discriminations a pris ces dernières années une place importante dans le débat public, avec la constatation unanimement partagée d'une montée des intolérances et des replis sur soi.

L'école n'est pas épargnée et doit sans cesse réaffirmer les valeurs du vivre-ensemble, et contribuer à les faire partager par tous les membres de la communauté éducative. Elle le fait avec détermination et de nombreuses actions tout au long du calendrier scolaire permettent de donner aux adultes les outils sur lesquels s'appuyer pour défendre ces valeurs.

En matière d'homophobie, de lesbophobie ou de transphobie les avancées sont timides, au point que l'on évoque parfois une discrimination dans la discrimination ou pour le moins une hiérarchisation des discriminations. Dans le secteur éducatif, l'amalgame entre homosexualité et pédophilie affleure toujours, tout comme l'accusation de prosélytisme dès lors que des membres de la communauté éducative, souvent aidés par des associations, se proposent d'évoquer objectivement cette forme de discrimination et l'homosexualité comme une orientation sexuelle respectable.

De nombreuses organisations depuis le début des années 2000 ont dressé le constat des conséquences désastreuses pour les personnes homosexuelles ou transsexuelles (membres du personnel ou jeunes adolescents) de la discrimination qui s'exerce à leur encontre.

Des études ont mis en évidence le rapport entre le mal-être généré par le rejet dont ils font l'objet et la sur-suicidalité des jeunes
homosexuel-le-s. En matière de prévention les associations de lutte contre les IST (dont le VIH) ont souligné depuis longtemps le lien entre mal-être, mauvaise estime de soi et prise de risque.

A l'école la gêne fréquente qui entoure ces questions contribue à laisser perdurer stéréotypes et préjugés, quand une action positive en ce domaine devrait être menée avec force comme cela est souvent fait à juste titre contre les autres discriminations. Il serait faux de prétendre que l'administration scolaire en France n'a jamais rien fait en ce domaine. Dès 1998 le ministère de l'éducation lançait une série de documents et d'outils où la dimension de refus de la discrimination homophobe était présente. Cette volonté de ne pas taire cette question a perduré et régulièrement les textes officiels l'évoquent au détour de documents où les sujets traités sont plus larges mais permettent cette référence.

Malheureusement, ces quelques initiatives ne doivent pas masquer les grandes carences et l'absence d'une politique ambitieuse d'éducation à la citoyenneté et donc de lutte contre les discriminations qui n'oublierait pas celles liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre.

Par exemple, aucun texte officiel n'est venu pour le moment mettre la focale sur la nécessité de combattre précisément cette discrimination, alors que c'est le cas pour d'autres (sexisme, racisme, handicap...). Ce déni doit cesser. Alors que la circulaire n°2001-245 du 21 novembre 2001 relative à la journée mondiale de lutte contre le SIDA et la circulaire n°2003-027 du 17 février 2003 relative à l’éducation à la sexualité évoquent toutes deux l'affichage de numéros d'écoute comme celui de Ligne Azur1, jamais aucun financement institutionnel émanant de l'administration centrale de l'éducation nationale n'a été débloqué pour permettre de l'assurer.

En matière de formation des personnels, les initiatives pour sensibiliser les futurs professionnels ou ceux qui sont déjà en poste sont très rares et rien n'est prévu pour les généraliser.

Dans le quotidien des élèves, les règlements intérieurs des établissements scolaires évoquent rarement le refus des discriminations, et donc à fortiori ne citent presque jamais celles qui touchent à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre, préférant s'en tenir aux notions de respect dû à chacun ou à la tolérance.

Les fonds documentaires comportent rarement des ouvrages, notamment en littérature jeunesse, qui seraient susceptibles d'amener tous les élèves à envisager l'homosexualité ou la transsexualité sans les préjugés habituels, et d'aider les élèves en interrogation sur eux-mêmes à envisager sereinement leur identité et leur orientation sexuelles en les déculpabilisant et en leur permettant de s'accepter.

De même, l'éducation à la sexualité prend-elle rarement en compte cette diversité, même lorsqu'elle n'envisage pas la sexualité à travers la seule visée reproductive.

En matière d’agrément des associations complémentaires de l’enseignement public, il conviendrait que les autorités académiques et nationales reçoivent des instructions pour évaluer sans a priori et en toute neutralité les demandes des associations LGBT susceptibles d’intervenir en milieu scolaire pour travailler sur les représentations discriminatoires, dès lors qu'elles s’inscrivent pleinement dans le respect des principes de laïcité, de neutralité et de gratuité. Ces associations rencontrent trop souvent une hostilité systématique parce que leur spécificité dérange, alors que c’est sur leurs compétences éducatives réelles et sur le respect de ces principes que leur candidature doit être évaluée.

En lien avec les Conseils des délégués pour la Vie Lycéenne et dans le cadre des Comités d’Education à la Santé et à la Citoyenneté, sous l’autorité du Conseil d’administration, la constitution d’une commission de lutte contre les discriminations associant élèves, parents et personnels chargée de réfléchir à la mise en place d’actions destinées à faire reculer les préjugés et l’intolérance serait une avancée certaine. Cette action pourrait être adaptée aux spécificités de fonctionnement de l'enseignement supérieur.

Des études relatives à ces questions de discrimination dans les milieux éducatifs devraient être financées par les pouvoirs publics, afin d’établir un état des lieux précis de ce que vivent certain-es adolescent-es et certains membres du personnel.

Des études relatives aux conduites à risque des jeunes lesbiennes et homosexuels seraient également opportunes. De même, il serait souhaitable qu’au niveau national soit mis en place un groupe d’experts chargés d’élaborer et de proposer des outils pédagogiques destinés à promouvoir une éducation au respect de la diversité. Ainsi, très rapidement, il deviendrait possible d’envisager que soient distribués à l’ensemble des jeunes des outils de sensibilisation (de type brochure ou dépliant) visant à combattre les discriminations lesbophobes, homophobes, transphobes.

A l’instar de la semaine d’éducation contre le racisme qui se tient chaque année dans les établissements scolaires, un temps de réflexion devrait y être régulièrement organisé pour déconstruire les schémas sexistes, homophobes et transphobes, et rendre cette démarche permanente et quotidienne.

On le voit des propositions d'actions sont avancées et peuvent être facilement mises en oeuvre, dès l'école primaire et tout au long de la scolarité, pour peu que la volonté politique s'y attelle. C'est le sens de cette lettre ouverte, que l'ensemble de nos organisations souhaitaient souligner. Depuis quelques années en effet, après de nombreux contacts et entrevues que nos différentes structures ont pu avoir avec les administrations concernées, aucune des préconisations présentées ici et transmises régulièrement lors de ces rencontres n'a trouvé le moindre début de concrétisation. Dans d'autres pays, et en Europe notamment, des administrations de l'enseignement et de l'éducation ont su s'impliquer fortement dans la mise en place de dispositifs officiels de lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre.

Pourquoi ce qui est possible ailleurs ne pourrait pas l'être en France ? Il est enfin temps que les pouvoirs publics agissent sérieusement et efficacement dans cette direction.

Organisations signataires :
ADHEOS / ANGEL / ARC-EN-CIEL / COLLECTIF CONTRE L'HOMOPHOBIE DE MONTPELLIER / COMITE IDAHO / COULEURS GAIES / DAVID ET JONATHAN / ESTIM / FERC-CGT / FSU / HOMOEDU / INTER-LGBT / LDH / MAG / SGEN-CFDT / SIDA INFO SERVICE / SOS HOMOPHOBIE / UNEF / UNL

Mis en ligne le 15/05/07

Réagissez

Commentaires

Les commentaires ne sont pas ouverts pour cet article.

Publicité

A lire aussi...

MonterDescendre

Disparition Willie Garson, interprète de l'ami gay de Sex and the City, est mort

Grande-Bretagne Menacée par des des militants trans, une députée travailliste renonce à participer au congrès de son parti

Ukraine 7.000 personnes ont défilé pour les droits LGBT à Kiev

Histoire Une centaine de personnalités peu connues du grand public au Panthéon des oubliés

Espagne Le gouvernement espagnol saisit le parquet après une manifestation homophobe et raciste

Salvador Ni avortement ni mariage gay, décide le président Bukele

Hongrie Orban accuse l'UE de bloquer des fonds à cause de la loi anti-LGBT+

Fichage La Cnil analyse la légalité d'un fichier publié sur un site d'extrême droite

Union européenne Vers des bases légales communes contre les violences fondées sur le genre

CEDH La Pologne condamnée pour discrimination envers une mère homosexuelle

Brésil La popularité de Bolsonaro au plus bas chez les les homosexuels

Bangladesh Des entrepreneurs transgenres changent la donne pour leur communauté

Allemagne Victimes d'une ancienne loi homophobe, 249 hommes vont être indemnisés

Discours sur l'état de l'Union Ursula von der Leyen défend les droits des personnes LGBT au sein de l'UE

Chine Les Gay Games 2022 à Hong Kong menacés

Assemblée nationale Les associations LGBT saluent l'examen d'une loi interdisant les thérapies de conversion

PMA pour toutes Le gouvernement veut réduire les délais d'attente d'un an à six mois

Europe / Droits LGBT Le Parlement européen réclame une reconnaissance des unions homosexuelles dans toute l'UE

Assemblée nationale Les députés vont débattre de l'interdiction des thérapies de conversion

Toulouse Un élu victime d'une agression violente dans un lieu de rencontre gay

Thérapies de conversion Marlène Schiappa confie une mission à la Miviludes

Justice Gérard Louvin et son mari visés par une nouvelle enquête pour viols sur mineurs

Folsom Europe Soirée cuir et cordes dans une église de Berlin

Assises du Val d'Oise 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'un homosexuel

Hongrie / Vatican Entre Orban et le pape, divergence sur les personnes LGBT

Lituanie Un livre de contes de fées LGBT pour les enfants devant la CEDH

Espagne Le jeune gay se disant victime d'une agression homophobe à Madrid se rétracte

Assises du Val d'Oise 25 ans de réclusion requis contre le meurtrier d'un homosexuel

Assises du Val d'Oise Le meurtrier d'un homosexuel invoque une possession pour expliquer son acte

Assises du Val d'Oise La famille de la victime homosexuelle décrit un homme serviable et prévenant

Assises du Val d'Oise L'homosexualité refoulée peut-être à l'origine de l'assassinat d'un gay

Les précédentes Unes

précédent septembre 2021 suivant
lu ma me je ve sa di
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Publicité

Shopping

GEL LUBRIFIANT
5.90 €
Voir l'offre pour GEL LUBRIFIANT
chez RoB Paris
GEL A L'EAU
9.90 €
Voir l'offre pour GEL A L\'EAU
chez Menstore
LOT COCKRINGS
13.50 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
FLESHLIGHT
59.95 €
Voir l'offre pour FLESHLIGHT
chez Menstore
GEL INTIME
10 €
Voir l'offre pour GEL INTIME
chez RoB Paris
SLIP ADDICTED
24.00 €
Voir l'offre pour SLIP ADDICTED
chez Menstore
POPPERS
10 €
Voir l'offre pour POPPERS
chez RoB Paris
COCKRING
4.50 €
Voir l'offre pour COCKRING
chez Menstore
EMBOUT
23.90 €
Voir l'offre pour EMBOUT
chez RoB Paris
PRESERVATIFS
5.00 €
Voir l'offre pour PRESERVATIFS
chez Menstore
LOT COCKRINGS
15 €
Voir l'offre pour LOT COCKRINGS
chez RoB Paris
LAVEMENT
20.00 €
Voir l'offre pour LAVEMENT
chez Menstore
COMICS GAY
6 €
Voir l'offre pour COMICS GAY
chez Menstore
JOCKSTRAP
31 €
Voir l'offre pour JOCKSTRAP
chez RoB Paris
GEL EROS
5.50 €
Voir l'offre pour GEL EROS
chez RoB Paris